RMC

Présidentielle: qui est Caroline Parmentier, la conseillère presse de Marine Le Pen?

Comme tous les matins dans cet entre-deux-tours, portrait dans "Apolline Matin" de ceux qui sont dans l'ombre des deux candidats. Ce mardi, c'est Caroline Parmentier, la conseillère presse de Marine Le Pen.

C’est la grande organisatrice de la caravane qui suit Marine Pen. Lundi matin, Caroline Parmentier avait donné rendez-vous aux journalistes sur un parking à Caen, à 9 heures. Et ensuite par texto, elle leur a fixé un nouveau rendez-vous deux heures plus tard, plus loin dans le Calvados. Un jeu de piste, destiné à tenir à distance les manifestants antifa.

En cette fin de campagne, Caroline Parmentier ne quitte plus Marine Le Pen, redoutable bras droit, toujours collée à la candidate. "Ce sont presque deux sœurs", assure le journal Le Monde, dans un portrait consacré à la conseillère presse.

C’est elle qui l’a accompagnée dans sa stratégie de dédiabolisation et de banalisation. Elle lui a suggéré de participer à l'émission de Karine Lemarchand pour parler de ses chats, de son jardin et de sa cuisine. Elle lui a aussi organisé des interviews sur Youtube avec des influenceuses, ou encore suggéré d’aller chez Cyril Hanouna pour "Face à Baba".

Journaliste pendant 30 ans pour un quotidien d'extrême droite

Avant de se mettre au service de Marine Le Pen, Caroline Parmentier a été journaliste pendant 30 ans, au sein d'un seul et même journal, "Présent", un quotidien d'extrême droite. Elle y est entrée à 21 ans et en est devenue rédactrice en chef. Lorsqu’elle a démissionné en 2018 pour rejoindre Marine Le Pen, elle s’est adressée aux lecteurs pour rendre hommage, à tout seigneur tout honneur, au fondateur du Journal Jean Madiran. L’homme "qui lui a donné la chance de sa vie en l’embauchant".

Jean Madiran était un admirateur de Charles Maurras et du maréchal Pétain. Collabo pendant la guerre, antisémite revendiqué et assumé, il disait se situer politiquement à la droite de l'extrême droite.

Dans ses articles, Caroline Parmentier a souvent défendu la théorie du grand remplacement. Elle a pris position pour Eric Zemmour lorsqu’il voulait interdire les prénoms musulmans. En 2015, elle a jugé “indigne” que Jean-Marie Le Pen soit exclu du Front national par Marine Le Pen.

Mais ça, c’est le passé. Aujourd'hui, Caroline Parmentier est aux côtés de Marine Le Pen et elle réfute le qualificatif d'extrême droite. Terme que n’utilisent plus, dit-elle, que les journalistes paresseux.

Nicolas Poincaré