RMC

Primaire à gauche: "La force de Benoît Hamon est d'être le projet du renouveau"

Benoît Hamon est arrivé en tête dimanche soir du premier tour de la primaire organisée par le PS et aborde le second avec un net avantage face à Manuel Valls, grâce au soutien apporté par Arnaud Montebourg, troisième homme comme en 2011. Après l'annonce des résultats, Benoît Hamon est arrivé en vainqueur sur une péniche du VIIème arrondissement de Paris, accueilli par des militants survoltés.

Benoît Hamon a créé la surprise ce dimanche. L'outsider de cette primaire, longtemps considéré comme le troisième homme, est arrivé en tête du premier tour de la primaire de la gauche. "En me plaçant en tête, vous avez exprimé un message clair d'espoir et de renouveau", a-t-il lancé, rendant un hommage très appuyé à Arnaud Montebourg. Et après l'annonce des résultats, l'ancien ministre de l'Education nationale s'est rendu sur une péniche du VIIème arrondissement de Paris. Sur place, il a été accueilli en rock star par des militants surchauffés.

"On est très contents. C'est ce qu'on attendait, se réjouit par exemple Roxanne. On est très heureux de voir cette dynamique, que l'on sentait venir, se concrétiser aujourd'hui. On a une gauche dont on est fiers. Les valeurs portées nous correspondent et nous rassemblent. Ça fait plaisir". Et un duel, au second tour, face à Manuel Valls, c'est ce dont rêvait Jean-Baptiste. "D'une certaine manière, je pense que c'est une force de se retrouver face à lui, estime-t-il. Clairement, on va pouvoir mettre en avant l'ensemble de nos nombreuses différences".

"Le match est ouvert mais on y croit"

 "La force de Benoît Hamon est peut-être d'être le projet du renouveau face à quelqu'un qui porte finalement le bilan du quinquennat", poursuit-il. "Je pense que le débat va être très intéressant car ce sont vraiment deux visions du PS, et de la gauche en général, qui vont être face-à-face, considère, quant à lui, Félix. J'y crois fortement pour le deuxième tour".

Quentin croit lui aussi une victoire possible et encore plus après le soutien officiel d'Arnaud Montebourg: "Il faut faire confiance aux gens et les convaincre qu'il n'y a qu'un bulletin de vote à mettre dimanche prochain: celui de Benoît Hamon. On y croit. Il faut faire battre le cœur de la France. Le match est ouvert mais on y croit". Pas question pour autant de se reposer sur leurs lauriers: dès ce lundi matin, les militants repartent sur le terrain pour convaincre les sympathisants que leur candidat est la meilleure option.

M.R avec Juliette Droz