RMC

Primaire PS : où, quand, comment ?

-

- - -

Ce dimanche 9 octobre, aura lieu le premier tour de la Primaire socialiste. Six candidats, près de 10 000 bureaux de votes, pour un seul enjeu... Comment marche cette élection ? Qui peut voter ? Comment et où ? Toutes les infos pratiques ici.

Les Français sont invités à participer ce dimanche au premier tour de la primaire citoyenne qui désignera le candidat socialiste à l'élection présidentielle de 2012. Si aucun des six candidats n'obtient plus de 50% des voix, un second tour est prévu le dimanche suivant, 16 octobre.
Cinq socialistes - Martine Aubry, François Hollande, Arnaud Montebourg, Ségolène Royal, Manuel Valls - et le président du Parti radical de gauche, Jean-Michel Baylet, sont candidats à l'investiture.
9.600 bureaux de votes (sur les 30 000 habituels) seront ouverts jusqu'à 19h pour accueillir les votants. Mais difficile de dire combien feront le déplacement. Même si, contrairement aux primaires de 1995 et de 2006, l'édition 2011 n'est pas réservée aux seuls militants socialistes mais ouverte à tous les Français.

Qui peut voter ?

- les citoyens français inscrits sur les listes électorales avant le 31 décembre 2010 ;
- les mineurs qui auront 18 ans au moment de la présidentielle ;
- les mineurs membres du PS ou du MJS (mouvement des jeunes socialistes) ;
- les citoyens étrangers membres du PS ou du MJS, qui se sont inscrits avant le 13 juillet.

Un euro et un engagement

Il faudra payer une participation aux frais d'organisation de 1 euro, « minimum », précise Jean-Pierre Mignard, le président la Haute autorité de la Primaire socialiste. « Si vous voulez payer plus, vous êtes le bienvenu ! Car il va falloir payer une campagne et une organisation qui aujourd’hui s’élèvent sans doute à près de 3,5 millions ».
Il faudra également signer un « engagement de reconnaissance dans les valeurs de la Gauche ».

Des départements sous tension

Mais il y a des départements où tout est loin d’être réglé. Dans sept ou huit, la situation est tendue. En Guadeloupe, dans l'Aube et dans la Meuse par exemple, on manque de volontaires pour composer la commission de recensement des votes. Il faut 3 personnes à chaque fois pour contrôler et surveiller la régularité du vote. Et si cette commission n'est pas en place samedi, il n'y aura pas de vote. « Les responsables départementaux concernés vont devoir travailler nuit et jour », reconnait Jean-Pierre Mignard, avant de conclure : « De toute façon, on n'a pas le choix, il faut y arriver ».

Toutes les infos, et notamment "comment trouver votre bureau de vote", sur : www.lesprimairescitoyennes.fr

La Rédaction, avec S. Collié et Reuters