RMC

Régionales en Ile-de-France: comment les militants s'activent pour faire gagner Pécresse

Valérie Pécresse est repartie en campagne

Valérie Pécresse est repartie en campagne - MIGUEL MEDINA / AFP

REPORTAGE - Alors que Valérie Pécresse (LR) est arrivée en tête au premier tour des élections régionales, RMC a suivi des militants Républicains à Garges-lès-Gonesse, dans le Val d'Oise. Une ville où seulement 25% des électeurs se sont déplacés dimanche dernier...

En Ile-de-France, le duel promet d'être serré. Arrivée légèrement en tête au premier tour des élections régionales, la liste menée par la candidate des Républicains, Valérie Pécresse, avec 30,51% des suffrages exprimés, ne dispose pas d'une grande marge de manœuvre (la liste conduite par Claude Bartolone, président socialiste de l’Assemblée nationale, obtient 25,19 % des voix et celle de Wallerand de Saint-Just (Front national) recueille 18,41 %, ndlr). Suffisant pour faire passer la région à droite? Selon un sondage Odoxa pour BFMTV et Le Parisien publié ce mercredi, Valérie Pécresse est en tout cas donnée vainqueur de justesse (42%) devant son rival socialiste Claude Bartolone (40%) au second tour.

Toutefois, plus que jamais les candidats cherchent à mobiliser les électeurs avant le jour J. Preuve en est à Garges-lès-Gonesse (Val d'Oise) où s'est rendue à RMC: une ville où seulement 25% des électeurs sont allés voter dimanche dernier. Alors pour faire gagner leur candidate, ce mardi, malgré la pluie, une dizaine de militants Républicains ont fait du porte-à-porte pour tenter de convaincre les trop nombreux abstentionnistes. Mais souvent la réponse est sans appel. "Je n'y crois pas. Tout est pareil… Pas grand-chose ne change", estime cette habitante.

La sécurité, "priorité" de campagne

Mobiliser les abstentionnistes mais aussi les électeurs tentés par le Front national. "Je reconnais que le FN a certaines idées alléchantes notamment sur les questions d'immigration", lance ce sympathisant à l'adjoint au maire de Garges-lès-Gonesse. Et d'avouer qu'il "aurait aimé que celle-ci soit un peu plus contrôlée, un peu plus suivie". L'adjoint au maire est un peu gêné aux entournures alors il rappelle à son interlocuteur que sur ces thématiques la région n'est pas compétente.

"Le ou la prochaine président(e) de la région Ile-de-France n'aura pas les billes (sic) pour contrôler l'immigration. Ce n'est pas de son ressort. En revanche, il ou elle peut agir notamment sur les transports, c'est là-dessus qu'il y a de réelles possibilités d'agir", assure-t-il. Pourtant, en déplacement ce mardi à Montgeron (Essonne), Valérie Pécresse a promis de faire de la sécurité sa "priorité".

M.R avec Marie Dupin