RMC

Sarkozy promet deux référendums: "On atteint un niveau de populisme et de démagogie qui doit alerter"

Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy - AFP

REACTIONS - Invité du 20 heures de France 2 ce vendredi 7 octobre, Nicolas Sarkozy a notamment promis deux référendums, l'un sur l'internement administratif des fichés S "les plus dangereux" et l'autre sur le regroupement familial.

S'il était réélu président, Nicolas Sarkozy organiserait deux référendum le jour du second tour des législatives, le 18 juin 2017, l'un sur le regroupement familial et l'autre sur les fichés S "les plus dangereux". C'est la proposition faite par l'ancien chef de l'Etat et candidat à la primaire de la droite et du centre au cours du journal de 20 heures de France 2.

"Je poserai donc la question aux Français par référendum 'Êtes-vous d'accord, à l'image de ce que font nos amis britanniques, pour que le ministre de la Sécurité puisse décider de la mise en internement administratif des fichés S les plus dangereux?' Ma conviction est qu'on doit limiter la liberté de ces gens-là pour protéger la liberté des citoyens français", a notamment déclaré. Une proposition qui provoque la colère de Razzy Hammadi, député PS de Seine-Saint-Denis et porte-parole du parti.

"C'est méprisable"

"Vu comme c'est parti je pense que Marine Le Pen aurait pu aussi candidater à la primaire de la droite, s'insurge-t-il sur RMC. Là, on atteint un niveau de populisme et de démagogie qui doit alerter le plus grand nombre. On pourrait considérer que cette proposition est ridicule si elle n'était pas proposée par un candidat d'un grand parti qui peut devenir président de la République. Vous vous rendez compte que l'on va faire voter les Français dans un référendum sur le regroupement familial et les fichés S alors que Nicolas Sarkozy sait très bien que, sur les fichés S, il y a des cas qui ne sont coupables de rien. Je trouve cela méprisable".

"Le référendum est un outil démocratique très intéressant. Le seul problème est de savoir qui fait les promesses, souligne Florian Philippot, le vice-président du Front national. Quand c'est Nicolas Sarkozy qui vous fait une promesse à quelques jours d'une élection interne, on sait que c'est de l'enfumage électoraliste. Il avait tout le loisir de faire des référendums, il n'en a fait aucun. Pire que cela, il a annulé celui sur la constitution européenne. C'est un imposteur. De ce point de vue-là, sa crédibilité est égale à zéro. On ne peut pas vouloir draguer, avec d'aussi grosses ficelles, des électeurs en les prenant pour des imbéciles".

M.R avec Benjamin Smadja