RMC

Sarkozy se met au rugby

Le Parti Pris d'Hervé Gattegno, tous les matins à 8h25 sur RMC.

Le Parti Pris d'Hervé Gattegno, tous les matins à 8h25 sur RMC. - -

C'est une semaine cruciale qui s'ouvre pour Nicolas Sarkozy. Avec le sommet européen de mercredi et son intervention à la TV jeudi soir. Le chef de l'Etat espère reprendre l'avantage avec un état d'esprit particulier.

Vous le saviez grand amateur de foot et de vélo ? Nicolas Sarkozy a toutes les raisons de succomber à une nouvelle passion pour le rugby. La performance du XV de France en Coupe du monde a de quoi l’inspirer. Pour la vaillance qu’ont montrée les Français, à qui les pronostiqueurs promettaient une raclée monumentale – et que personne n’imaginait en finale il y a trois semaines. On voit bien le parallèle : Nicolas Sarkozy est donné battu dans tous les sondages, son camp est divisé, ses partisans assez démobilisés et lui-même a l’air d’avoir perdu la main. Eh bien, l’exemple des rugbymen, c’est que l’orgueil et la volonté peuvent reprendre le dessus. Et vous pouvez compter sur lui pour mettre cet exemple en avant dans les jours et les semaines qui viennent. D’ailleurs en ce moment, dans les sommets européens, on est plus près des plaquages et des mêlées que des conversations diplomatiques…

D'ailleurs, la Présidence a annoncé hier que le XV de France serait reçu à l'Elysée mercredi. C'est de la récupération politique ?

De la mise en scène. Un grand classique de nos présidents, qui cherchent toujours à s’asperger d’un peu de gloire sportive quand ils en ont l’occasion – souvenez-vous de Chirac et Jospin dans les vestiaires après la Coupe du monde de foot 98... Que Nicolas Sarkozy prenne le temps de discuter de ballon ovale alors que l’Europe traverse une crise majeure dont elle risque de sortir durablement affaiblie, c’est plus qu’un signe. Et hier soir, à la fin du conseil européen à Bruxelles, il a même profité de sa conférence de presse avec Angela Merkel pour glisser, juste à la fin, un petit hommage malicieux à « l’audace » et à « la combativité » des Bleus. Evidemment, il parlait surtout de lui. Surtout quand il a dit que « c’est le dernier match qu’il faut réussir »…

Qu'est-ce qui peut faire que le chef de l'Etat réussisse, comme le XV de France, à se remettre d'aplomb d'ici à l'élection présidentielle ?

Les valeurs du rugby, c’est l’engagement, la solidarité, le courage. Des valeurs collectives qui vont mieux avec l’époque que le strass et la frime des footballeurs. Fini de jouer l’attaquant vedette ou le meneur de jeu à grosse tête. L’heure est aux capitaines qui « mouillent le maillot », comme Thierry Dusautoir. La crise impose à Nicolas Sarkozy ce rôle ingrat : il va le jouer à fond, promettre des temps difficiles aux Français pour afficher le sens des responsabilités qui fait les hommes d’Etat – ça, c’est la stratégie de communication : ce sera la tonalité de l’émission de jeudi. Et puis il y a la politique pure : sur ce terrain-là, il va s’employer à réconcilier autour de lui les contestataires et les dissidents, à faire taire les divisions pour que la droite soit aussi unie en 2012 que les Bleus à Auckland. Borloo a renoncé, il reste à convaincre Morin et Villepin. C’est à sa portée.

Il peut réussir tout ça et être battu quand même. Après tout, c'est ce qui est arrivé à l'équipe de France hier contre les All Blacks...

C’est vrai mais on peut parier que ce n’est pas cela, la leçon qu’en a retirée Nicolas Sarkozy. Ce que le XV de France a prouvé, c’est qu’on peut retrouver ses forces dans les grands rendez-vous. Et qu’une équipe qui affronte les quolibets et les sarcasmes – parfois mérités – peut redevenir redoutable. Pour ce qui est du résultat final, il pense certainement que là, ce sont les rugbymen qui devront prendre exemple sur lui – et non l’inverse…

Ecoutez ci-dessous le "Parti pris" de ce Lundi 24 octobre 2011 avec Hervé Gattegno et Jean-Jacques Bourdin :

Hervé Gattegno