RMC

Trouver du travail en traversant la rue: Emmanuel Macron persiste et signe

Dans son interview du 14-Juillet, le président de la République Emmanuel Macron a réaffirmé que trouver du travail n'était pas si compliqué. Il a notamment indiqué qu’il maintenait son projet de réforme de l’assurance chômage.

Cela reste l'une des sorties les plus célèbres et controversées d’Emmanuel Macron. Il y a quatre ans, le chef de l’Etat avait assuré qu’on pouvait trouver du travail en traversant la rue. Une affirmation qu’il a renouvelée ce jeudi lors de son interview du 14-Juillet, affirmant même que c’est encore plus vrai aujourd’hui.

Le président assume ce discours, fustigeant ceux qui veulent "réfléchir à leur vie" tout en bénéficiant de la "solidarité nationale". Près de 350.000 emplois sont à pourvoir cette année selon le gouvernement. Un manque de main d'œuvre dans plusieurs secteurs.

"J’ai aujourd’hui presque un tiers des postes qu’on propose qui ne sont pas fournis, explique Quentin, cadre supérieur dans le médical. Cela ne correspond pas aux attentes, cela ne correspond pas à ce que les personnes voulaient faire, à leur parcours de carrière… Chacun a ses raisons, je ne jette pas la pierre, mais ce qu’on veut dire, c’est que le travail existe."

La France compte pourtant trois millions de chômeurs. Michelle travaille depuis ses 16 ans. Avant d'être agent technique dans la petite enfance, elle a cumulé plusieurs petits boulots.

“Celui qui a envie de travailler, je pense qu’on peut trouver du travail. Je pense qu’il y a pas mal de gens qui profitent du système. On a pas mal de stagiaires qui viennent, il y en a qui veulent travailler et d’autres qui attendent qu’on leur donne tout. Il faut bosser et avoir du courage”, appuie-t-elle.

La majorité des contrats proposés sont des CDD

Seulement, il n'est pas toujours simple de remplir les critères des employeurs. C'est ce que critique Edmond, commercial dans l'énergie. “J’ai une petite sœur qui a déposé des CV partout, dans les bars en banlieue, à Paris et malheureusement qui n'a été acceptée nulle part par manque d’expérience. Ce n’est pas aussi simple que ce que dit monsieur Macron. Après peut-être que pour lui, c’est plus simple parce qu’il a un gros CV”, ironise-t-il.

Et une fois le job en poche, encore faut-il être suffisamment payé pour assumer les dépenses quotidiennes. Pour Kevin, 33 ans, c’est une difficulté en plus. “Dans mon ancien travail, j’étais responsable d’équipe dans la vente. Je touchais 1.250 euros nets et clairement, ça ne suffisait pas. Trouver du travail oui, mais si c’est juste pour pouvoir s’acheter des cacahuètes et un peu d’eau, concrètement, ça ne sert pas à grand-chose", affirme-t-il.

Les emplois proposés, eux, ne sont pas assez attractifs selon Benoît Martin, secrétaire général de la CGT Paris.

"Aujourd'hui, 85% des contrats qui se signent chaque année sont des CDD. Les gens vont enchaîner 20 CDD dans l’année, avec des CDD d’une journée ou d’une semaine. Comment construire sa vie quand on est dans une telle instabilité, une telle précarité?”, interroge-t-il.

Jeudi soir, un autre syndicat regrettait qu'une nouvelle fois Emmanuel Macron considère les chômeurs comme des fainéants.

Garance Munoz et Lucie Rispal avec Guillaume Descours