RMC

"Tu vas la fermer": séance houleuse à l'Assemblée sur la réintégration des soignants non-vaccinés

Les députés de la France insoumise voulaient faire voter une proposition de loi pour réintégrer les soignants non vaccinés contre le Covid-19. Les Républicains, le RN et la gauche voulaient voter pour, mais le gouvernement et les députés macronistes ont freiné des quatre fers pour ralentir la séance et empêcher de voter. Un gain de temps qui a provoqué la colère de leurs opposants.

Des cris, des invectives, des tensions et finalement pas de texte voté. Jeudi soir à l'Assemblée nationale, la température est montée alors que les députés de la France Insoumise voulaient faire voter une proposition de loi pour réintégrer les soignants non vaccinés contre le Covid-19.

Dès le début de la séance, les attaques fusent. Les députés de la majorité dénoncent la proposition de réintégration des soignants, aussi appelée PPL. “Vous êtes en train de faire une PPL anti-vax, complotiste”, assène Sylvain Maillard, député Renaissance de Paris.

Les macronistes comprennent qu'ils sont en minorité. Alors, ils jouent la montre. Le gouvernement dépose même de nombreux amendements pour rendre impossible un vote avant minuit. Ce qui provoque la colère du Guadeloupéen Olivier Serva.

“Vous êtes content d’avoir pu trouver une petite mesquinerie obstructive”, dénonce-t-il. Chahuté par un élu de la majorité, il répond: “Tu vas la fermer”.

Un texte de nouveau débattu... en mai 2023

Des cris de brouhaha, des menaces… L'insoumis Eric Coquerel dénonce l'obstruction des soutiens du président.

“Moi, je pense que c’est un sixième 49.3 parce qu’une fois de plus, ils refusent le vote sur un sujet où ils se savent minoritaires”, affirme-t-il.

Impossible de laisser voter la réintégration des soignants répond la députée Renaissance, Maud Bregeon. “On ne s’oppose pas à ce texte pour s’opposer aux élus de LFI. On s’oppose à ce texte parce qu’il met en danger les Français, parce qu’il met en danger les hôpitaux”, confie-t-elle.

Pour autant, le texte n'est pas abandonné. Il sera débattu de nouveau, mais pas avant mai 2023.

Cyprien Pézeril avec Guillaume Descours