RMC

Réintégration des soignants non-vaccinés contre le Covid: "C'est non", tacle un infirmier

Le gouvernement persiste et signe en refusant toujours de réintégrer les soignants non-vaccinés. Une position que partage Florian, infirmier à l'hôpital, qui déplore que certains de ses collègues fassent passer des thèses "complotistes" avant la science.

Tandis que l’Italie réintègre ses soignants non-vaccinés contre le Covid-19, la France maintient son personnel hospitalier dans la même situation, loin de toute profession médicale. Une position que le gouvernement assume. "Cela ne changerait rien à l’offre", a assuré sur France 2 le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran.

"Si vous posez la question aux soignants vaccinés, ils ne sont pas forcément férus de l’idée. Ensuite, les autorités sanitaires considèrent que c'est trop dangereux encore, avec un virus qui circule beaucoup, d’exposer des malades fragiles à des soignants non-vaccinés. Et les parlementaires se sont prononcés et ont voté non", a ajouté l’ancien ministre de la Santé.

"En salle de soins, on n'a pas envie de les revoir"

Pour Florian, infirmier dans un hôpital du Rhône et vacciné, c'est effectivement "non", quant à la réintégration de ses collègues exclus. "Il ne faut pas les réintégrer, c’est du foin pour rien", assure-t-il ce jeudi sur RMC et RMC Story, rappelant qu'il n'est question que d'environ 600 infirmiers et une quarantaine de médecins, alors que la mesure concerne aussi du personnel administratif.

"En salle de soins, on n’a pas envie de les revoir. Ils ont fait passer des thèses complotistes et de désinformation avant la science. Nous, on a tous fait l’effort d’aller se faire vacciner pour protéger nos patients. Aujourd’hui certes, avec les variants, le vaccin n’est plus très efficaces sur la transmission. Mais en 2021, il l’était", ajoute l'infirmier.

"Il faut les laisser démissionner et leur permettre de pouvoir gagner leur vie ailleurs"

"Je les vois sur les réseaux sociaux ces soignants qui diffusent de la désinformation", raconte l'infirmier. "Et vu les propos qu’ils tiennent sur les soignants vaccinés, je doute qu’ils aient envie de revenir", croit savoir Florian, qui plaide tout de même pour les aider à se reconvertir: "Cependant, ils ont un statut ignoble, ils ne sont plus payés. Il faut les aider à partir, les laisser démissionner et leur permettre de pouvoir gagner leur vie ailleurs, mais il ne faut pas les réintégrer", appelle le soignant.

Le dernier avis sur la réintégration des soignants non-vaccinés avait été défavorable. En juillet 2022, la Haute autorité de Santé avait estimé toute réintégration impossible. "Dans le contexte d’une septième vague, au vu de l’efficacité des vaccins et des incertitudes concernant la suite de l’épidémie, les données ne sont pas de nature à remettre en cause aujourd’hui cette obligation vaccinale", avait assuré la HAS.

G.D.