RMC

Les soignants non-vaccinés contre le Covid vont-ils être réintégrés?

Alors que l'Italie va réintégrer en avance ses soignants non-vaccinés contre le Covid-19, la France fait de la résistance et se refuse pour l'instant à ouvrir la voie à la réintégration des siens. Pour l'ex-enseignante Barbara Lefebvre, le gouvernement ne veut pas céder et Olivier Véran, l'ancien ministre de la Santé, ne voudrait pas se "dédire" de sa décision passée.

L'Italie réintègre ses soignants. Après avoir exclu les non-vaccinés contre le Covid-19 des hôpitaux en marge de la pandémie, la nouvelle première ministre italienne Giorgia Meloni a annoncé mardi leur réintégration. En 2021, l'Italie avait été le premier pays d'Europe à rendre la vaccination contre le Covid-19 obligatoire pour les médecins et les soignants des hôpitaux public et privés, les menaçant de les muter à d'autres fonctions ou de les suspendre sans rémunération.

L'obligation vaccinale devait expirer en décembre mais elle a finalement été abrogée dès le 1er novembre en raison d'une "pénurie de personnel médical et sanitaire", a expliqué le ministre de la Santé, Orazio Schillaci, estimant que l'impact du virus sur les hôpitaux était "désormais limité". La fin de l'obligation vaccinale devrait permettre de réintégrer 4.000 soignants.

En France, les médecins et soignants non-vaccinés sont eux toujours suspendus sans rémunération, alors que la crise s'intensifie à l'hôpital, notamment en pédiatrie. Et la réintégration des employés suspendus (environ 12.000 en intégrant les professionnels techniques et administratifs), n'est toujours pas d'actualité.

"Monsieur Véran ne veut absolument pas avoir à se dédire"

Un immobilisme lié à l'"idéologie" en place au gouvernement; croit savoir l'ex-enseignante Barbara Lefebvre: "Dans des services, on manque d’une aide-soignante, et cette aide-soignante on la connaît et elle ne revient pas parce qu’il y a une idéologie au gouvernement et que Monsieur Véran ne veut absolument pas avoir à se dédire sur cette mesure ridicule", assure-t-elle ce jeudi sur le plateau des "Grandes Gueules".

"Je pense qu’il deviendrait fou furieux si on acceptait de faire revenir ces quelque 100 infirmières et 200 aides-soignants", ajoute Barbara Lefebvre sur RMC et RMC Story.

L’ancien ministre de Transports Jean-Baptiste Djebbari, lui, en est sûr, les soignants français exclus vont bien être réintégrés. "Ils vont être réintégrés, d’ailleurs François Braun, le nouveau ministre de la Santé, a saisi la Haute autorité de Santé, la HAS, pour lui demander son avis", rappelle-t-il.

"On sera les derniers à le faire mais on va les réintégrer"

Olivier Truchot, lui aussi, en est persuadé, les soignants non-vaccinés vont être réintégrés. "On sera les derniers à le faire mais on va les réintégrer", abonde-t-il alors que la France et la Grèce sont les deux derniers pays européens. "On va le faire en douce", ajoute Barbara Lefebvre.

En juillet 2022, la Haute autorité de Santé avait rendu un dernier avis défavorable à la réintégration des soignants non-vaccinés: "Dans le contexte d’une septième vague, au vu de l’efficacité des vaccins et des incertitudes concernant la suite de l’épidémie, les données ne sont pas de nature à remettre en cause aujourd’hui cette obligation vaccinale", avait estimé la HAS.

G.D.