RMC

"Une amie a réussi à rentrer sans pass sanitaire": un "cluster" Covid-19 détecté après des soirées en discothèque à Bordeaux

RMC a rencontré des participants d'une soirée du 9 juillet dernier: ils pointent une certaine légèreté des contrôles sanitaires à l'entrée de l'établissement.

Conséquence: le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a écrit dimanche aux préfets pour leur demander de la fermeté dans l'application des nouvelles mesures anti-Covid, en réclamant notamment des fermetures administratives pour les boîtes de nuit ne respectant pas le contrôle du pass sanitaire. 

A l'origine: des soirées à Bordeaux. 35 personnes y ont en effet été testées positives au Covid-19 après avoir assisté des soirées organisées les vendredi 9, samedi 10 et mardi 13 juillet dans une boîte de nuit de la ville, a indiqué dimanche l'Agence régionale de santé (ARS) de Nouvelle-Aquitaine dans un communiqué.

>> A LIRE AUSSI - Extension du pass sanitaire au menu du Conseil des ministres: voici les points-clés du projet de loi

Les deux premiers cas avaient été reportés à l'ARS jeudi, 19 autres l'ont été samedi et 14 dimanche. Ces personnes et leurs cas contacts ont été invités à observer un isolement strict de respectivement 10 et 7 jours alors que le "contact tracing" se poursuit pour identifier les chaînes de transmission.

L'ARS assure avoir "demandé à l'établissement de diffuser des messages de vigilance pour inviter les personnes ayant participé à ces soirées à se faire tester et à se faire vacciner, si elles ne l'étaient pas encore".

Sur les réseaux sociaux et notamment la page Facebook de l'établissement en question, des participants ont assuré que les organisateurs avaient fait preuve de légèreté sur le contrôle du pass sanitaire. "Après 2h du matin, ça ne vérifie plus rien!", a écrit un internaute. Un responsable de l'établissement s'est défendu de tout relâchement, assurant à la presse locale que des policiers étaient venus s'assurer du respect des mesures. 

"On n’a pas été plus contrôlé que ça"

RMC a rencontré plusieurs participants. Et tous l'assurent: il y a eu des manquements à l'entrée de la discothèque, notamment le 9 juillet dernier. 

Malgré son pass sanitaire en règle, Daisy a bien du mal à admettre d’avoir contracté le covid dans la boîte de nuit bordelaise. Outre la légèreté des contrôles, la jeune étudiante déplore un manque de communication:

"Les pass sanitaires n’étaient pas super bien contrôlés, on a même une amie qui a réussi à rentrer sans pass sanitaire. Je me sens un peu trahie parce que je pense qu’il y a des personnes qui n’ont pas joué le jeu. Et je ne comprends pas pourquoi la boîte n’a pas communiqué sur le fait qu’il y a eu un cluster. Silence radio depuis une semaine". 

Un silence qui dérange aussi Cyril, cas contact depuis la soirée. Lui non plus n’a pas senti beaucoup de rigueur, à l’entrée: "On n’a pas été plus contrôlé que ça, sachant qu’on devait être contrôlé pour être sûr que la carte d’identité était bien en cohérence avec le certificat de test".

>> A LIRE AUSSI - Vacances à l'étranger: "Je suis testé positif au Covid-19, que faire?"

Un constat que la directrice de l’Agence Régionale de Santé de la Gironde, Bénédicte Motte, ne partage pas:

"Nous n’avons pas connaissance que les mesures sanitaires n’ont pas été appliquées. On est en contact étroit avec l’organisateur et notre job, maintenant, c’est de contacter les personnes qui ont assisté à ces concerts et bien sûr, on en profitera pour passer nos messages de santé publique d’actualité. C’est-à-dire: allez vous faire vacciner si vous ne l’avez pas fait jusque-là!".

La directrice de l’ARS qui ajoute que le taux d’incidence approche les 60 cas pour 100.000 habitants, en Gironde, sans conséquences, pour l’instant, ni en unités Covid ni en réanimations.

La rédaction de RMC avec AFP