RMC

Vincent Chriqui: "Fillon a donné 300.000 euros à Sarkozy, et alors?"

Invité ce jeudi de Bourdin Direct, l'ancien directeur de campagne de François Fillon a réagi à l'information de son prédécesseur, Patrick Stéfanini, qui révèle dans son livre que le candidat des Républicains a aidé Nicolas Sarkozy à régler ses dettes au parti.

Dans son livre Déflagration, à paraître vendredi, Patrick Stéfanini - celui qui avait laissé tomber son titre de directeur de campagne du candidat des Républicains au plus fort de l'affaire Fillon - révèle que ce dernier a donné 300.000 euros à Nicolas Sarkozy après la primaire pour régler ses dettes de campagne au parti.

Une information qui laisse de marbre Vincent Chriqui, qui a succédé à Patrick Stéfanini pendant la campagne présidentielle en tant que directeur de campagne du candidat. Il était l'invité de Bourdin Direct ce jeudi. "Fillon a donné 300.000 euros à Sarkozy? Oui et alors? François Fillon et Nicolas Sarkozy sont deux grands responsables de la droite. Il y avait la question de cette somme pour régler une dette vis-à-vis des Républicains. Donc cet argent a bénéficié in fine aux Républicains, qui était le parti de ces deux hommes. C'est parfaitement naturel. C'est légal. Toutes les dépenses des partis politiques sont rendues publiques au moment où on présente les comptes, donc il n'était pas question que cela reste secret."

"Fillon s'est trompé"

Vincent Chriqui est ensuite revenu sur "l'erreur" de François Fillon, qui n'a pas pris la mesure du scandale qu'avait suscité dans l'opinion l'affaire de l'emploi présumé fictif de sa femme, Penelope, et de ses enfants au Parlement. "Fillon a toujours considéré que c'était quelque chose de fondamentalement légal, et que si cela pouvait susciter une incompréhension, cela ne devait pas soulever les torrents d'indignation et l'obsession que cela a suscité. Manifestement, c'était une mauvaise analyse. Je pense qu'il s'est trompé, que l'époque a changé et que certaines choses qui étaient acceptables ne l'étaient plus."

P. G. avec J-J. Bourdin