RMC

Pour l'abbé Grosjean, "la France doit se montrer exemplaire dans l'accueil de ceux qui fuient la guerre"

Pierre-Hervé Grosjean, curé de Saint-Cyr l'Ecole près de Versailles et auteur de Catholiques, engageons-nous!(Editions Artège, avril 2016) était l'invité de RMC ce mardi. En évoquant l'attentat de Lahore, au Pakistan, il a notamment affirmé que "tuer au nom de Dieu était la pire des profanations".

Il est l'une des figures les plus médiatiques de l'Eglise de France. L'un des plus emblématiques de sa génération. Il compte près de 30.000 abonnés sur son compte Twitter et 17.000 sur sa page Facebook. Il est jeune, pugnace et parfois agaçant. Mais il a le mérite de créer le débat et de bouger les lignes. De qui s'agit-il? De l'abbé Pierre-Hervé Grosjean, curé de Saint-Cyr-L'École, près de Versailles dans les Yvelines.

"Aider les chrétiens à rester là-bas"

Ordonné prêtre il y a un peu plus de dix ans, celui qui est aussi secrétaire général de la Commission Ethique et Politique du Diocèse publie cette semaine "Catholiques, engageons-nous !" (Editions Artège): un appel aux catholiques de France. "C'est impressionnant de voir combien la parole du pape François est attendue de tous, croyants comme non-croyants." Elles attendue certes mais est-elle pour autant écoutée? "Je le pense", avance l'abbé Grosjean. Et de prendre un exemple: "Quand le pape a demandé aux paroisses d'accueillir des familles de réfugiés, cela a été un élan de solidarité très grand en France. Dans ma paroisse, nous avons accueilli une famille d'Irakiens qui fuyaient la guerre".

S'il assure "ne pas avoir de leçons à donner aux gens", l'abbé Grosjean estime que "la France doit se montrer exemplaire dans l'accueil de ceux qui fuient réellement la guerre, de ceux qui risquent leur vie mais aussi dans le fait d'aider les chrétiens à rester là-bas parce que ce serait terrible si les chrétiens disparaissaient du Moyen-Orient". "C'est donc aussi à la France de garder le cap et de faire en sorte, qu'un jour, la paix soit aussi possible là-bas. Les évêques syriens et irakiens nous le demandent, nous en supplient", ajoute-t-il.

"Les catholiques sont une cible"

Alors qu'un terrible attentat a fait 72 morts, dont 29 enfants, à Lahore, au Pakistan, ce dimanche, le curé de Saint-Cyr l'Ecole souligne que "les catholiques sont, parmi d'autres, une cible de ces barbares. Il ne faut pas le taire ! Même en France, les chrétiens sont ciblés. La preuve avec l'attentat déjoué à Villejuif". Et de rappeler qu'il a dû "célébrer les messes de Noël sous protection policière. Qui aurait pensé cela il y a quelques années?"

"Le 13 novembre, c'est la France dans toute sa diversité qui a été visée. Nous avons été visés pour ce que nous sommes et c'est en redécouvrant, en se réappropriant ce qu'ils ont visé, à savoir notre culture, notre histoire, notre foi, notre identité, que nous serons forts, augure l'abbé Grosjean. Qu'est-ce qui fait la force d'un peuple? C'est son âme et pas seulement son armée". L'Islam est-il son adversaire. "Non. Et ce ne sont surtout pas les musulmans", affirme-t-il.

"Soutenir les musulmans réformateurs"

"Pour autant, à partir du moment où les talibans ou Daesh se réclament de l'Islam pour faire ces meurtres ignobles, ces attentats terribles, cela pose un défi à nos amis musulmans, estime-t-il. Qui aura l'autorité, la force de résoudre une fois pour toute cette question du rapport à la violence, d'interprétation des textes, de la liberté de conscience en Islam? C'est là où il faut soutenir les musulmans réformateurs et il n'y a que les musulmans eux-mêmes pour dire c'est que l'Islam véritable".

Et de garantir: "Tuer au nom de Dieu est la pire des profanations. Et quand je pense que ces ordures, à Lahore, sont allés dans un parc où des chrétiens se réunissaient pour fêter Pâques, se sont approchés des balançoires pour tuer un maximum d'enfants... Ce sont d'abord des ordures et des lâches avant d'être des croyants".