RMC

Prise à partie par un élu RN, la mère de famille voilée sort du silence: "Je ne voulais pas craquer devant les enfants"

RMC
Fatima E., la mère de famille voilée agressée au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté vendredi dernier, est sortie du silence à travers un communiqué diffusé par le collectif contre l'islamophobie en France (CCIF).

"Je suis fatiguée, j'ai peur de tout" confie Fatima depuis l'après-midi passée au conseil régional. Prise à partie par un conseiller du Rassemblement National en pleine séance, la mère de famille confie "je tremblais de la tête au pieds mais je ne voulais pas craquer devant les enfants".

Elle relate aussi un deuxième incident. L’agression verbale d’une conseillère RN qui l’accuse d’être entrée volontairement dans la salle avec son voile pour provoquer les élus. La mère de famille remercie plusieurs élus qui ont pris sa défense dans l'hémicycle et en dehors.

Mais elle avoue "avoir du mal dormir. Son fils aussi..." Il est suivi par un psychologue. "Sincèrement, ils ont détruit ma vie" écrit-elle dans un communiqué diffusé par le collectif contre l'islamophobie en France (CCIF).

Fatima se montre aussi très déçue par toute la polémique qui a suivi... Elle en veut surtout aux responsables politiques qui l'ont stigmatisé. Après cette sortie scolaire, elle s'interroge: "Les enfants sont venus là pour apprendre: qu'ont-ils appris?"

"Le ministre de l’Education a dit quelque chose de honteux lorsqu’il a parlé du voile. Aujourd’hui, j’ai une opinion négative de ce qu’on appelle la République": voilà comment Fatima réagi aux propos du ministre de l’éducation pour qui le port du voile n’est pas souhaitable dans notre société.

Aujourd’hui elle n’aspire qu’à une chose: reprendre une vie tranquille.