RMC

Qui est Gérard Théry, l'un des créateurs du minitel?

Le portrait du jour, c’est Gérard Théry, l’un des créateurs du minitel. Il s’est éteint lundi à l’âge de 88 ans.

Son nom ne vous dira peut-être pas grand-chose. Pourtant, Gérard Théry a permis à de nombreux Français d’être plus connectés au monde à une époque où les smartphones et internet n’existaient pas encore.

L’arrivée du téléphone à fil dans les campagnes dans les années 70, c’est lui. Le minitel, c’est encore lui. Mais Gérard Théry n’est pas vraiment un geek comme Steve Jobs. On le décrit plus comme un entrepreneur, un serviteur de l’Etat.

Diplômé de polytechnique à 19 ans, puis de l'École Nationale Supérieure des Télécoms à 24 ans. Sa carrière est toute tracée. Il intègre le ministère des postes et des télécom, 10 ans plus tard, devient conseiller du ministre. Puis devient directeur des télécoms en 1974. C’est là qu’il va permettre à la France de combler son retard en matière de téléphonie.

À cette époque, rendez-vous compte, l’ouverture d’une ligne téléphonique peut prendre des années. Quand aujourd’hui cela prend seulement quelques minutes. Et le coût est énorme.

La révolution minitel

Gérard Théry a donc une idée, emprunter de l’argent aux collectivités pour financer ces travaux de raccordement. L’objectif, installer 14 millions de lignes en 7 ans. Le pari est réussi, le réseau téléphonique se modernise.

Mais le plus grand fait d’armes de Gérard Théry arrive 10 ans plus tard. Il participe à la création du minitel. Souvenez-vous, ce petit terminal cubique, livré gratuitement avec le téléphone, qui donne accès au vidéotexte en tapant 3615. Une révolution dans la vie des Français.

En 1996, c’est l’apogée. 10.000 fournisseurs de contenus et plus de 26.000 services actifs. Mais le minitel ne s’exporte pas. Et Internet le supplante. Un échec pour Gérard Théry.

“Ça a été une innovation formidable. Ce qui m’attriste, c’est qu’elle n’a pas du tout été exploitée. On aurait pu connaître une aventure extraordinaire et faire un internet européen”, regrettait-il dans une interview en 2012.

Le haut fonctionnaire s’est éteint à l’âge de 88 ans. “La France lui doit beaucoup” a réagi lundi sur Twitter le patron de l'innovation chez Orange. Ses anciens collaborateurs saluent eux un patron exemplaire.

Margaux Bourdin avec Guillaume Descours