RMC

Réforme du permis de conduire: "On est dans l'absurde"

-

- - AFP

Les syndicats et plusieurs réseaux d'auto-écoles appellent ce lundi à une mobilisation dans plusieurs grandes villes de France pour contester la réforme du permis de conduire en cours d'examen au Parlement.

Le projet de loi Macron est actuellement en cours d'examen au Parlement. Annotations, observations, révisions… les députés analysent de près les moindres lignes de ce texte loin de faire l'unanimité. L'une des mesures de ce projet de loi est la réforme du permis de conduire. Une réforme qui en l'état suscite la colère des professionnels. C'est pourquoi ce lundi les syndicats et plusieurs réseaux d'auto-écoles appellent à une mobilisation dans plusieurs grandes villes de France. Il faut dire que de nombreux points de crispation existent: le recours à d'autres intervenants que les inspecteurs pour les examens du permis, la suppression du seuil minimal obligatoire de 20 heures de conduite ou encore la possibilité de pratiquer l'heure d'évaluation à distance.

Un dernier point qui énerve particulièrement Jean-Louis Bouscaren, président de l'Unic, premier syndicat des auto-écoles. "Ça va se faire sur Internet sans savoir qui est derrière l'ordinateur, sans connaître ses capacités", souligne-t-il sur RMC. Et de comparer: "Si vous appelez votre plombier pour une intervention, il va vous dire qu'il ne peut pas faire de devis sans voir les travaux à faire. Or ce que prévoient les députés c'est que le plombier puisse faire le devis sans voir ce qui est à faire. On est donc dans l'absurde le plus complet".

"C'est aberrant"

Philippe Colombani, président du syndicat d'auto-écoles UNIC, juge pour sa part cette proposition scandaleuse. "L'évaluation, on ne peut pas la faire autrement qu'en face-à-face, soit avec des simulateurs de conduite soit directement dans une voiture. Cela permet d'informer l'élève du nombre d'heures nécessaire avant de passer l'examen. C'est donc un élément crucial", estime-t-il. Mais "ce que voudraient faire M. Macron et ses amis c'est une sorte de devis par internet. Cependant, je ne vois pas comment on peut évaluer les capacités d'apprentissage à la conduite sans voir la personne. C'est aberrant !".

Autre inquiétude des moniteurs d'auto-école: le recours aux postiers pour faire passer les examens de conduite. Un véritable non-sens pour Marie Martinez, directrice d'une auto-école dans les Yvelines. "La première qualité d'un inspecteur du permis est de transmettre des connaissances, un savoir et enseigner la conduite et la sécurité routière. Les postiers, pas du tout", s'emporte-t-elle dans Bourdin Direct. Et d'ajouter, toujours aussi remontée: "Ce n'est pas très sérieux. Chacun son métier !" Bien résolus à faire céder les parlementaires, les représentants de la profession seront reçus martin matin à l'Assemblée nationale.

Maxime Ricard avec Victor Joanin