RMC

Remboursements Thomas Cook : après nos révélations, les anciens clients du célèbre voyagiste veulent saisir la justice

Les clients de Thomas Cook veulent obtenir leur remboursement

Les clients de Thomas Cook veulent obtenir leur remboursement - RMC

Après les révélations de "RMC s'engage pour vous" sur les suites de la faillite du voyagiste Thomas Cook, les anciens clients veulent saisir la justice pour obtenir leur remboursement.

Nouveau rebondissement dans l'affaire Thomas Cook, dans laquelle plus de 15.000 personnes attendent toujours d'être remboursées, plus de deux ans après la faillite du leader historique du voyage organisé. Les anciens clients envisagent désormais de saisir la justice. Sur la page Facebook du "Collectif français faillite Thomas Cook", l'administrateur Xavier Béragne indique: "Un avocat organisera une visioconférence mardi prochain pour toutes les victimes intéressées, afin de constituer un collectif et affiner la stratégie juridique à mettre en place". Maitre Benjamin Cabagno, du cabinet Choisez et Associés, que nous avons contacté, confirme cette information.

La volonté de porter l'affaire en justice intervient à la suite de la diffusion d'un témoignage exclusif sur RMC lundi matin. Selon ce témoignage, l'organisme de garantie censé rembourser les clients, l'Association Professionnelle de Solidarité du Tourisme, "fait tout pour les décourager". A notre micro, une ancienne salariée affirme: "Tout ça est volontaire. J'ai entendu des propos inadmissibles sur les clients, qui n'auraient pas besoin de leur argent rapidement car ils auraient dû le dépenser pour les vacances". Selon elle, la vérité est ailleurs: "On n'avait pas les moyens de rembourser Thomas Cook comme on aurait dû. C'est inadmissible". 

Interrogés par RMC, les responsables de l'APST démentent chercher "à gagner du temps" pour ne pas rembourser. Pourtant, des centaines d'entre eux se plaignent des méthodes de l'organisme de garantie. "On nous demande toujours de nouveaux documents, de nouveaux documents, c'est désespérant", affirme par exemple Philippe Antoine, un ancien client de Thomas Cook. 

Le gouvernement est "très attentif" à la situation

Selon le témoin de RMC, l'une des techniques employées par l'APST pour "décourager les clients" est de leur faire croire qu'il était obligatoire de se manifester également auprès du mandataire judiciaire en charge de la procédure afin de déclarer leur créance, pour obtenir leur remboursement. Or, selon l'article R211-31 du Code du Tourisme, "la garantie intervient sur les seules justifications présentées par le créancier à l'organisme garant". En aucun cas, l'article de loi ne fait référence au liquidateur. Il n'est donc pas obligatoire pour les clients d'effectuer une déclaration auprès d'un mandataire judiciaire pour obtenir un remboursement auprès de l'APST. C'est d'ailleurs ce que finit par reconnaitre Emmanuel Toromanof, le Secrétaire général du fonds de garantie: "Effectivement, nous regarderons tous les dossiers individuellement et les dossiers complets seront remboursés".

La faillite de Thomas Cook a laissé à l'APST une ardoise de 42 millions d'euros et le fonds de garantie a été contraint de vendre son siège social pour pouvoir régler l'addition. Contactée par RMC, une source au ministère de l'Economie assure que le gouvernement est "très attentif" à la situation. Selon cette source proche du dossier, l'APST "ne travaillait pas de façon satisfaisante. Il y a eu trop de risques pris, pas assez de garanties". Et de conclure concernant le remboursement des clients: "Si la garantie est due, elle devra être payée". 

Benoit Ballet