RMC

Retour du Nokia 3310: "il y a une espèce d'innocence, de fraîcheur dans ces téléphones vintage"

-

- - CC/Flickr/Akedalmans

Le Nokia 3310, téléphone phare du début des années 2000, pourrait bien faire son grand retour. A l'heure du smartphone et des multiples applis, certains choisissent de revenir au bon vieux téléphone basique, qui sert uniquement à appeler (et à jouer au serpent). Vincent Grégoire, du cabinet de tendance NellyRodi analyse ce retour aux combinés vintage.

Vincent Grégoire est directeur de création au cabinet de tendance NellyRodi:

"C'est une tendance qu'on observe déjà: ce retour à des téléphones essentiels, des basiques, des téléphones qui font juste téléphones, des téléphones iconiques qui, à l'époque, avaient un design très particulier, une esthétique souvent un peu radicale. Il y a une volonté de renouer avec ces codes vintage, avec les débuts du digital.

On est dans une période où tout s'accélère, il y a des innovations à longueur de temps, on est un peu perdu, donc il y a une volonté de ralentir le temps et de revenir à des fondamentaux qui ont bercé notre enfance, à des choses plus affectives. Tous ces téléphones sont un peu comme des grigris, des fétiches. Ils ont été nos premiers téléphones, ils nous ont marqué, ce sont des souvenirs.

"Une tendance dans l'électronique en général"

C'est aussi le fait de revenir à plus de simplicité. Les téléphones sont presque devenus des robots qui pensent pour nous, donc on est un peu largués. Mais on retrouve cette tendance dans l'électronique en général: les jeux d'arcade, les platines de disque, les discman, les walkman. Il y a une espèce d'innocence, de fraîcheur, de candeur. C'était nos premiers accessoires, c'est très affectif.

Les téléphones se ressemblent tous aujourd'hui. A l'époque, il y avait de l'innovation, des clamshell (téléphones à clapet), ça s'ouvrait comme un coquillage, ça tournait… Ils étaient lourds, avec de vraies touches, de gros numéros. Ils avaient une vraie personnalité très particulière. Maintenant, tout s'est banalisé, standardisé, uniformisé, il y a une esthétique hypercommune, tout est dans les applications, tout est à l'intérieur, donc invisible. La tendance pour se démarquer, c'est d'avoir des coques différentes. Mais plus la technologie à l'intérieur se raffine, plus on a besoin de renouer avec des affirmations design très particulières.

"Revenir à des codes du temps où on était jeune"

Si on revient aussi à ces téléphones, c'est pour faire plaisir aux consommateurs plus âgés qui n'ont pas toujours besoin de ces complications, ou qui vont avoir un téléphone qui fait téléphone et un terminal plus outil digital. C'est revenir à des codes du temps où on était jeune.

Ils sont gros, ils n'ont pas une ergonomie passionnante, ils ont un look différent, ils témoignent de leur époque.

On peut aussi interpréter ce retour des vieux téléphones comme un signal d'alarme sur le 'no-design' dans les looks des téléphones qui se font voler la vedette par les coques et qu'il serait peut-être temps de revenir à un vrai design avec de vraies personnalités plutôt que de tout neutraliser et niveler par le bas. C'est une alerte pour recréer du désir en inventant des outils digitaux qui vont avoir de vrais looks audacieux, risqués, même clivants.

Les smartphones sont tous gris, argent, dorés, noirs, il n'y a plus d'aspérité, il n'y a plus de rêve. Il y a un besoin que la technologie fasse rêver à nouveau et ça passera par des propositions très rupturistes".

Propos recueillis par Paulina Benavente