RMC

Retraites spirituelles: "ça aide à s'axer sur l'essentiel, à prendre du recul"

(Image d'illustration)

(Image d'illustration) - AFP

Les retraites spirituelles attirent de plus en plus les Français. Une façon de passer des vacances apaisantes loin des préoccupations du quotidien.

Pour les vacances certains vont à la plage, peaufinent leur bronzage ou font la fête... quand d'autres s'occupent de leur âme, en faisant une retraite spirituelle. Des retraites qui attirent de plus en plus de Français. D'après Le Parisien, l'abbaye bénédictine de Ligugé (Vienne), accueille 4 000 "retraitants" chaque année aujourd'hui contre 1 500 en 1980.

Une manière de passer des vacances au calme dans le silence et la méditation. Sur la Côte d'Azur, l'Ile Saint-Honorat à quelques kilomètres de Cannes, accueille une communauté de 23 moines qui reçoivent des familles entières au sein de l'abbaye de Lérins. Au programme, offices, vendanges, repas en silence et échanges avec les moines. RMC est allée faire un tour dans ce coin de paradis.

Ici, les repas se prennent en silence, la mer est cristalline mais les plages ne sont pas bondées, les portables sont coupés. Une ambiance propice au lâcher-prise affirme Dorothée: "C'est la première fois que je fais une retraite. Ça aide à s'axer sur l'essentiel, à prendre du recul, sur ses projets se délester de poids. Ça permet de souffler et de recharger ses batteries".

"Ici, le temps s'arrête"

Une immersion dans la vie monastique qu'apprécie particulièrement Elizabeth, qui en est à son 3e séjour: "Voir les moines, les entendre chanter, il y a quelque chose qui nous porte, qui est rassurant. Ici, le temps s'arrête. On a aussi fait les vendanges, donc on a fait notre prière dans les champs de vigne".

Echanger avec les retraitants, c'est aussi important pour les moines explique Frère Marie: "Partager avec les personnes qui viennent, ça nous met en phase avec le contexte de vie actuelle. On écoute et on reçoit ce qu'elles vivent, ce qui fait qu'on est des moines du 21e siècle même si l'habit pourrait faire penser que l'on est du 12e.

Le monastère de l'île Saint-Honorat accueille 4000 pensionnaires chaque année. Et il affiche complet jusqu'au 15 octobre.

P.B. avec Elodie Messager