RMC

Sauver l'école par le crowdfunding: "Ce serait un beau cadeau de Noël"

La maire d'un petit village lance un appel aux dons pour sauver l'école (photo d'illustration)

La maire d'un petit village lance un appel aux dons pour sauver l'école (photo d'illustration) - THOMAS SAMSON / AFP

Pour boucler le budget de la construction de son école, un village de Seine-et-Marne a lancé un appel aux dons sur une plateforme de financement participatif en ligne, espérant récolter 40 000 euros en trois mois.

Un appel aux dons pour venir en aide à une école. Alors que le financement participatif est à la mode pour de nombreux projets artistiques ou pour créer une entreprise, il est ici utiliser dans un cadre totalement différent. En effet, Marieme Tamata-Varin, la maire sans étiquette de Yèbles, une petite commune de Seine-et-Marne, lance un appel aux dons sur MyMajorCompany, un site de crowdfunding, afin de rénover l'école primaire.

Concrètement, à l'heure actuelle, il s'agit d'un préfabriqué humide et surchauffé, dangereux et vétuste dont la cour de récréation est trop petite et les murs remplis d'amiante. Au total, la mairie espère récolter 40 000 euros auprès des internautes, qui s'ajouteront aux 126 000 euros d'aides escomptées de l'Etat et aux 240 000 euros que devraient apporter la région et le département. Les travaux sont prévus pour commencer dans un peu plus de trois mois.

Il faut dire qu'il y urgence. "On a des infiltrations d'eau, des problèmes d'amiante à l'intérieur. Il faut tout raser et tout reconstruire" assure au micro de RMC, Marieme Tamata Varin la maire du village de 800 habitants. Au total 125 élèves sont scolarisés à Yèbles, répartis dans cinq classes, deux de maternelle et trois de primaire. Parmi eux, il y a Victor et Eva, en classe de CM1. Ils témoignent aussi de la vétusté des lieux.

"Une belle initiative"

"C'est vieux, c'est trop petit et c'est étroit" détaille le garçon. De son côté la petite fille souhaite "que la cour soit agrandie car là elle est vraiment très, très, très petite". Elle "aimerait bien aussi que l'école soit un peu décorée" cela lui permettrait "de mieux travailler que maintenant". Quant aux parents, ils soutiennent le projet. "J'ai donné dix euros ce matin et si tout le monde donne un peu je pense que cela peut marcher" explique une mère de famille dans Bourdin Direct.

Une autre loue cette "belle initiative" et dit "espérer que cela se concrétise". Si ce principe de financement participatif est inédit dans ce cadre-là, il était le dernier recours tant la maire de Yèbles "n'avait plus le choix". "J'espère que les pouvoirs publics vont être interpellés par cette action. Ce serait un des plus beaux cadeaux de Noël."

Maxime Ricard avec Pauline Baduel