RMC

Délit d'entrave à la chasse: "C’est un déni de démocratie"

Des chasseurs et leurs chiens lors d'une partie de chasse à courre

Des chasseurs et leurs chiens lors d'une partie de chasse à courre - Image Flickr

L'entrave à la chasse est désormais un délit comme le stipule une nouvelle mesure adoptée vendredi soir par le Sénat.

Entraver ou empêcher une partie de chasse peut désormais vous conduire un prison! Le Sénat a créé vendredi soir un "délit d'entrave" pour sanctionner plus sévèrement l'action d'empêcher de chasser. En cas d'agression constatée, les fauteurs sont désormais passibles d'un an de prison et de 30 000 euros d'amende contre de simples contraventions auparavant.

"La chasse est une activité légale et donc il est normal que les chasseurs puissent pratiquer cette activité en toute tranquillité. Il y a des agressions physiques. Il y a des gens dans la chasse à courre qui sont jetées de leurs chevaux et même des agressions sur des chiens. Le passage de la contravention au délit devrait permettre de mettre fin à ces actes", se félicite Nicolas Rivet, directeur général de la Fédération des chasseurs.

"Les chasseurs obtiennent toujours plus"

Une satisfaction qui contraste bien évidemment avec la colère de militants anti-chasse qui estiment de leur côté qu’un nouveau seuil d’impunité vient d’être atteint.

"Ce délit d’entrave montre que quelques individus en mal de pulsions mortifères et dont les pratiques sont contestées par un nombre grandissant de la population, veulent malgré tout poursuivre leurs exactions en toute tranquillité. C’est un déni de démocratie. Les chasseurs obtiennent toujours plus et veulent toujours pratiquer plus au détriment du monde animal", explique François Darlot, président de l'association Rassemblement pour une France sans chasse.

Entre 1,1 et 1,2 million de personnes détiennent un permis de chasser en France.

Alfred Aurenche (avec Guillaume Dussourt)