RMC

Greenpeace dévoile la carte des fermes-usines en France

Seulement 1 % seulement des fermes produisent plus de la moitié des porcs, des poulets et des œufs français. Une ultra concentration de l’élevage qui a une conséquence visible: la multiplication des fermes-usines, ces énormes bâtiments où s’entassent tant bien que mal des milliers d’animaux.

Greenpeace dévoile la carte de France des fermes-usines que tous les citoyens peuvent consulter depuis ce matin pour savoir s’il y a une ferme usine autour de chez eux. Il suffit de taper le nom de votre commune ou votre code postal et vous découvrez toutes les fermes géantes autour de vous, avec le nom de l'exploitant et sa spécialité.

Il y aurait en France, selon la base de données du Ministère de la Transitions écologique, 4.413 fermes-usines. Les trois départements les plus concernés sont en Bretagne (les Côtes-d'Armor, le Morbihan et le Finistère), or il se trouve que c’est aussi la région qui connait le plus de problèmes liés à la pollution de l’eau.

Un très grand nombre d'animaux sur une surface trop petite

Concrètement, une ferme-usine, c'est la fameuse ferme des 1.000 vaches dans la Somme. Ces fermes géantes se définissent par un très grand nombre d’animaux élevés sur une surface trop petite pour produire leur nourriture et pour épandre sans risque le lisier ou le fumier qu’ils ont produit.

Des centaines de vaches (au moins 400), des milliers de cochons (au moins 2000) et des dizaines de milliers de volailles entassés dans des bâtiments (jusqu’à 180.000 pour un seul et même élevage). Cela correspond à des fermes gigantesques quand on sait qu’en moyenne une ferme française produit 32 vaches nourrices ou 665 cochons.

Greenpeace pointe du doigt plusieurs exploitations: une ferme de 16.000 porcs à Landunvez dans le Finistère qui a récemment pollué un cours d’eau et entrainé une mortalité massive de poissons ou encire un élevage de plus de 180.000 poules à Lescout dans le Tarn où les habitants dénoncent un taux de cancer anormalement élevé.

Des conséquences environnementales

L'activité de ces fermes a des conséquences sur l’environnement et la biodiversité. Le phénomène des algues vertes en Bretagne en est l’illustration parfaite. En Europe, l’élevage est responsable de près des trois quarts des pollutions agricoles de l’eau à l’azote et au phosphore.

Et surtout ces fermes usines ont des conséquences sur notre santé selon Greenpeace à cause de l'utilisation d’antibiotiques. Enfin, l’élevage est responsable de 14,5% des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. Autant que le secteur des transports.

Selon Greenpeace, ce n'est pas l’élevage qui pose problème mais son industrialisation. Greenpeace demande donc le gel de tout nouveaux projets de création ou d’extension de ces fermes usines. Et surtout qu’elles ne bénéficient plus des aides publiques notamment des aides de la PAC. Cette manne financière devrait selon Greenpeace être dédiée à la transition vers un élevage écologique.

Marie Dupin