RMC

"La grêle, à la veille des vendanges, serait désastreuse": les vignerons inquiets des intempéries

Après le beau temps, la pluie. Et si elle était attendue par les viticulteurs, beaucoup sont inquiets des phénomènes orageux violents qui pourraient les accompagner. Car en effet, à quelques jours seulement du début des vendanges, des chutes de grêle pourraient causer beaucoup de dégâts mettre en danger la production.

Après la canicule et la chaleur des dernières semaines, la météo a brusquement changé depuis ce week-end dans certains départements français avec le retour de la pluie et des orages. Cinq départements sont toujours en vigilance orange aux orages alors que mardi, des pluies abondantes ont provoqué localement des inondations.

Un changement brusque de météo qui n’est pas sans conséquences pour les acteurs agricoles et notamment les vignerons comme l’explique Jean-Marie Fabre, président du syndicat des vignerons indépendants de France.

"Le changement climatique, on le prend de plein fouet"

“Le monde agricole a toujours été contraint par les aléas climatiques. Notre métier, c’est aussi de travailler avec la nature donc il faut toujours s’adapter aux conditions climatiques en protégeant les cultures, en essayant de limiter, dans les pratiques culturales, certains éléments qui viendraient accentuer les effets du climat.

Après, la vérité, aujourd’hui, c’est que le changement climatique, on le prend de plein fouet et il est difficile pour nous de pouvoir s’adapter à tout. Les inondations, que l'on craint tous, c’est des quantités phénoménales d’eau qui vont sûrement venir dégrader des biens, la biodiversité ou nos cultures, et si nous ne stockons pas cette eau pour des moments où nous en avons besoin, et c’était le cas il y a quelques jours de ça, et bien là aussi nous serons contraints par des effets de sécheresse marquée. Donc il faut que l’on s’adapte, mais il faut que l’on s’adapte globalement et dans les pratiques, mais aussi dans les outils mis à la disposition du monde agricole pour qu’il puisse faire face à ces changements climatiques”, assure-t-il.

Des vendanges précoces cette année

Il confirme que si la profession attendait l’arrivée de la pluie depuis de longues semaines, elle craignant en revanche la virulence de celle-ci et surtout le côté orageux de ces phénomènes, notamment à cause du risque de grêle.

“C’est arrivé il y a trois jours à Châteauneuf-du-Pape, ou mardi en Alsace, les effets stationnaires mais aussi électriques qui amènent ces éléments de grêle qui eux, à la veille des vendanges seraient désastreux. Nous avons tellement espéré cette pluie qu’aujourd’hui, on ne pouvait la voir arriver qu’avec énormément de satisfaction, mais l’intensité qui est annoncée et les orages annoncés nous font aussi craindre les dégâts sur les cultures. On est dans la dernière étape à quelques jours de la récolte et la grêle viendrait anéantir la totalité des efforts consentis depuis 10 mois”, appuie-t-il.

Dans certaines régions, les vendanges ont d’ores et déjà commencé. En effet, face à la sécheresse et à la chaleur, certains viticulteurs ont été obligé de récolter les raisins dès maintenant avec une avance exceptionnelle.

Guillaume Descours