RMC

"On a un siècle de retard": l'ouverture de la chasse à la marmotte ce week-end fait polémique

La marmotte fait partie des espèces "chassables" depuis 1987, mais de moins en moins d'animaux sont tués.

La chasse à la marmotte débute ce week-end dans les Alpes-Maritimes. Une pratique autorisée depuis 1987: le rongeur fait partie des espèces "chassables"... mais de moins en moins d'animaux sont tués: 20 par exemple en 2019 dans les Alpes Maritimes.

Une pratique que dénonce le député azuréen Loïc Dombreval: il va rencontrer ce vendredi à Marseille la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili, lors du congrès mondial de la Nature. Il a demandé la semaine dernière au préfet des Alpes-Maritimes d'interdire cette chasse.

>> A LIRE AUSSI - "C'est ça la France" de Fred Hermel: "Les chasseurs sont les premiers écologistes de notre pays!"

Et cette réouverture de la chasse pose un vrai problème selon le naturaliste Pierre Rigaux. 

"Il y a des chasseurs qui sont de bonne volonté, le problème n'est pas forcément individuel. Le souci, c'est que l'on a un siècle de retard avec en autorisant 'la chasse de loisir', en permettant à des personnes pour une activité récréative, de tuer des animaux. 
À la base, cela me semble problématique et je pense qu'il y a pas mal de gens qui se reconnaissent là-dedans. On n'a pas le droit de flinguer un chien pour s'amuser et tant mieux. Mais on a le droit de flinguer un renard alors que ces animaux ressentent la même chose lorsqu'une balle transperce leur corps. C'est anachronique", explique-t-il ce vendredi au micro de RMC.

13 jours de chasse

Il déplore que "98% de l'activité de chasse n'a pas de justification de régulation, car c'est du loisir".

Il dénonce également la chasse de certaines espèces dîtes protégées. 

“Il y a aussi un problème de biodiversité, car on continue encore aujourd’hui à chasser des espèces protégées qui sont en déclin, et de sécurité publique, car c'est très compliqué de cohabiter avec des chasseurs ‘amateurs’ à qui ont permet d'avoir entre les mains des armes dangereuses", affirme-t-il.

Depuis 1998, chaque chasseur tuant une marmotte doit renseigner un carnet de prélèvements. La chasse est ouverte cette année du 2 septembre au 10 octobre, uniquement les samedis, dimanches et mercredis soit 13 jours au total. Elle reste par ailleurs interdite sur 25 communes des Alpes-Maritimes, où les effectifs de marmotte sont faibles. 

Guillaume Descours