RMC

Sécheresse: le village de Bargemon, dans le Var, en pénurie d'eau potable

Depuis le 3 juillet, les ressources en eau de la commune de Bargemon (Var) sont à un niveau critique. Tous les habitants sont appelés à économiser l'eau au maximum. Et ceux qui ne respectent pas les restrictions encourent une amende de 1.500 euros.

La sécheresse est à l'origine de nombreuses difficultés d'approvisionnement en eau potable. C'est le cas à Bargemon, dans l'arrière-pays varois, où les habitants sont privés d'eau potable. Cela fait des mois que la préfecture prévient des risques de pénurie. Mais tous les habitants n'ont pas joué le jeu d'économiser l'eau potable.

Conséquence, l'eau n'est plus potable depuis une dizaine de jours. Les nappes phréatiques sont à sec. L’eau apportée par les camions-citernes est trop chlorée. Alors, la mairie distribue des bouteilles. Véronique, une habitante, a dû s'adapter.

“On nous a dit qu'il ne fallait pas se brosser les dents, qu’il ne fallait rien faire. Même les animaux, on leur donne de l’eau de Cristalline, en fait. Moi, je n’achète plus de légume, je ne prends que du surgelé, comme ça il n’y a plus besoin de laver les légumes”, détaille-t-elle.

Même chose dans les commerces. Dans la cuisine du restaurant de Christophe Andreetto, sur la place du village, l’ingrédient principal, c’est la bouteille d’eau. “Pour cuisiner, on est obligé de faire avec de l’eau en bouteille comme pour cette pâte à pain. Et puis même pour les carafes d’eau, le café, toutes les préparations, les sauces, les cuissons…”, énumère-t-il.

Le problème est que certains habitants ne suivent pas les mesures de restrictions d’eau. Ce qui agace l’adjointe au maire, Magali Léris.

"Ça me met en colère. On met des amendes aux gens qui laissent l’eau couler pour remplir la piscine. Ça déborde et il y en a sur la route. Il y a des gens qui arrosent malgré tout leur gazon, comme si on était une région où on a du gazon. C’est complètement ridicule”, dénonce-t-elle.

Et pour ceux pris sur le fait, l’amende est de 1.500 euros.

Kenza Sammari avec Guillaume Descours