RMC

Vente d'une centrale nucléaire à Kadhafi ? «Grotesque», dit Sarkozy

-

- - -

Nicolas Sarkozy a démenti ce mercredi sur RMC/BFMTV les déclarations de l'ancienne présidente d'Areva qui a assuré que la France avait voulu vendre une centrale nucléaire à l'ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi. «Le seul projet, c'était une usine de dessalement d'eau de mer», a-t-il expliqué.

Invité ce mercredi matin d’RMC et BFMTV, Nicolas Sarkozy a jugé « grotesque » de dire que la France avait voulu vendre une centrale nucléaire à la Libye du colonel Kadhafi, comme l'ancienne présidente d'Areva Anne Lauvergeon l'a affirmé la semaine dernière.
« Le seul projet qui ait jamais existé pour les Libyens, c'était une usine de dessalement d'eau de mer, qu'ils n'ont jamais faite et pour laquelle les discussions n'ont jamais commencé, a assuré le président-candidat. L'accès au nucléaire civil est autorisé pour tous les pays du monde, mais pas l'accès au nucléaire militaire. C'est la règle internationale ».

« Mme Lauvergeon se plaint beaucoup depuis qu’on ne l’a pas renouvelée »

« Mme Lauvergeon se plaint beaucoup, elle se plaint depuis que nous ne l'avons pas renouvelée comme présidente d'Areva. Quand elle était présidente d'Areva, Mme Lauvergeon était tellement heureuse qu'elle voulait continuer. Je regrette que ses désaccords ne se soient exprimés qu'après qu'on ne l'ait pas renouvelée. Elle aurait été plus crédible de les exprimer avant », a également affirmé Nicolas Sarkozy.
Dans un entretien accordé la semaine dernière à l'hebdomadaire L'Express et dans un livre, l'ancienne sherpa de François Mitterrand, évincée en 2011 par le gouvernement de la tête du champion français du nucléaire, dénonce les méthodes du PDG d'EDF, Henri Proglio, révèle certaines de ses conversations avec Nicolas Sarkozy et accuse le gouvernement d'avoir envisagé jusqu'en 2010 de vendre un réacteur nucléaire à la Libye du colonel Kadhafi.

La Rédaction avec AFP