RMC

Serveuse agressée à Nice: "Il lui a dit que s'il avait été Dieu, il l'aurait pendue"

Une plainte a été déposée par le gérant d'un café de Nice après l'agression d'une de ses serveuses. La raison: la jeune femme tenait un plateau avec des verres d'alcool. Ils témoignent ce mercredi sur RMC.

La serveuse d'un bar du centre de Nice a été violemment agressée par deux individus lundi 6 juin, au premier jour du mois du ramadan, parce qu'elle avait servi de l'alcool, a indiqué le propriétaire de l'établissement, confirmant une information de Nice-Matin. Cette serveuse, qui présente un hématome important à l'arcade sourcilière, a porté plainte pour agression, de même que le propriétaire de l'établissement. Ce jeudi sur RMC Fatia*, d'origine tunisienne, témoigne.

"Deux personnes sont entrées dans le bar et m'ont demandé pourquoi je servais de l'alcool pendant le ramadan, raconte-t-elle. J'ai répondu que je ne voyais pas quel était le problème, que j'avais un travail et qu'il fallait que je le fasse. A plusieurs reprises, ils m'ont répondu que c'était interdit". La jeune femme rétorque une nouvelle qu'elle travaille et "qu'il n'y a pas d'interdit parce qu'ici nous sommes en France".

"Elle a fait un bond d'un mètre"

Le ton monte jusqu'à ce que l'un des individus l'agresse. "Il m'a frappée, m'a donnée une gifle au visage. J'ai eu mal…, assure-t-elle. Je suis tombée et j'ai téléphoné directement au patron qui a lui prévenu immédiatement la police". Et de se dire "choquée" par tout ce qu'elle a vécu. Contacté par Fatia, Abel*, le gérant du bar, choqué, a porté plainte et donné les enregistrements vidéo de l'incident à la police.

Il livre quelques détails supplémentaires sur cette agression: "Les deux individus lui ont fait savoir qu'il était interdit de servir de l'alcool pendant le ramadan. De manière assez agressive, l'un d'eux lui a alors dit que s'il était Dieu, il l'aurait pendue. Elle lui répond alors qu'il n'était pas Dieu pour la juger. Ensuite, il lui met un gros coup qui l'a fait bondir d'un mètre et atterrir sur la tête et s'en va très tranquillement". Et de préciser qu'auparavant Fatia "travaillait dans l'hôtellerie en Tunisie et elle n'a jamais eu ce genre de problème. Elle a donc été très choquée de voir ce genre de comportements en France".

*Les prénoms ont été modifiés.

Maxime Ricard avec Elodie Messager