RMC

Sisco: "Les gens mettent tout le monde dans le même sac", déplore Mohamed

-

- - AFP

Ce lundi, le président de l'Exécutif et celui de l'assemblée corse, Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni, ont appelé à l'apaisement dans un communiqué commun. Mais à Sisco, la communauté arabo-musulmane reste inquiète.

Mohamed est originaire du Maroc, il est arrivé à Bastia à l'âge de 12 ans avec ses parents et ses frères et sœurs. Aujourd'hui, il se sent Corse avant tout: "Qu'on le veuille ou non nous faisons partie de cette île. Nos racines sont là-bas mais nos cœurs sont ici".

Mais trois jours après les affrontements de Sisco, ce père de famille ne cache pas ses peurs: "C'est clair que demain on a une crainte qu'il y ait des innocents qui vont prendre. Tout le monde n'arrive pas à garder son sang-froid. Les gens mettent tout le monde dans le même sac".

"La haine n'a pas de place chez nous"

Près du quartier paisible et métissé de Lupino à bastia où 500 personnes se sont rassemblées dimanche, une jeune musulmane m'a aussi confié hors micro son ras-le-bol. Depuis les attentats de cet été, elle se sent obligée de constamment se justifier au nom de sa communauté.

Pour Joseph Maestracci, président de l'association corse de lutte contre le racisme Ava Basta, il faut refuser tout amalgame: "La haine n'a pas de place chez nous, c'est inacceptable".

Il appelle donc les habitants, les associations et les élus à se rassembler dès la rentrée pour trouver des solutions afin de préserver le vivre ensemble entre les différentes communautés de l'île.

P.B. avec Marie Monier à Sisco