RMC

14-18: l'émotion de ces enfants qui découvrent l'histoire de leurs ancêtres partis à la guerre

Le certificat de bonne conduite d'un poilu

Le certificat de bonne conduite d'un poilu - Image RMC découverte

C'était leur arrière-arrière-grand-père: des classes de 3e du collège Jean-Valette de Saint Amand Montrond, dans le Cher ont fait un travail de mémoire, chez eux, pour découvrir leur passé et mieux le comprendre.

Ce centenaire c'est l'occasion pour les plus jeunes d'en apprendre davantage sur leur histoire et les conditions de guerre des poilus. Certains sont même allés sur place, à Verdun ! C'est le cas des classes de 3e du collège Jean-Valette de Saint-Amand-Montrond dans le Cher.

Un voyage qui leur a permis de fouiller dans leur passé. Amélie et Pierre ont dépoussiéré les archives familiales. Les jumeaux ont ainsi déniché des documents surprenants: "On a retrouvé le livret militaire de notre arrière-arrière-grand-père", raconte Pierre. "Sur son certificat de bonne conduite, on peut voir de quelles couleurs étaient ses sourcils, sa taille son poids", détaille sa sœur Amélie.

"Pour faire vivre l’histoire il faut l’incarner par ses acteurs"

Pierre-Alexandre et sa sœur Mélanie apprennent eux aussi à connaître leur arrière-arrière-grand-père: "Je me suis dit que c’était dommage qu’on ne l’ait pas connu parce qu’il aurait pu nous en raconter plus", assure Pierre-Alexandre curieux.

"On se rend compte un peu de l’ampleur de la Première guerre mondiale, on ne peut pas s’imaginer de ce qu’ils ont vécu, que c’était vraiment atroce. On se rend compte que parfois il ne dormait pas, il ne mangeait pas. On a de la chance d’avoir ces documents parce que peu de personnes en ont autant. Cela permet de retracer l’histoire de notre ancêtre", explique Mélanie.

Un travail minutieux encouragé par leur professeur d'histoire Alexandre Guttierez: "Ils ont fait leur devoir de mémoire. Pour faire vivre l’histoire il faut l’incarner par ses acteurs et quand ce sont des membres de leur propre famille, ça fait encore plus sens", explique-t-il. Fait incroyable, les ancêtres poilus de ces collégiens avaient tous survécu à la Grande guerre.

Anaïs Bouïtcha (avec G.D.)