RMC

A Paimpol, les "gilets jaunes" lèvent les blocages "pour revenir en force plus tard"

A Paimpol dans les Côtes-d'Armor, les barrages ont tous été levés après 4 jours de blocage. Les "gilets jaunes" vont désormais réfléchir à quelle suite donner au mouvement.

Plus de barrage à Paimpol dans le Côtes-d'Armor. Les gilets jaunes ont levé mardi après-midi le dernier point de blocage sur le rond-point situé à l’entrée de la ville. Pendant 4 jours et 3 nuits des dizaines d’habitants se sont relayés pour filtrer les voitures et occuper le terrain. Ils vont désormais se reposer et se réorganiser pour réfléchir à poursuivre leur mouvement.

Un premier "round" qui s’achève sans aucune amertume pour les gilets jaunes paimpolais déterminés et très fiers d’avoir pu tenir sans violence et sans débordements.

"Il faut être solidaire"

Roland habitant de Paimpol, ancien chauffeur routier est un manifestant chevronné depuis 20 ans. Il interpelle les autres gilets jaunes de France et la population pour prouver que la manifestation peut durer et se passer dans le calme comme cela a été le cas pendant les 4 jours de mobilisation à Paimpol: "Il faut être solidaire et ne pas aller au casse-pipe. On va travailler intelligemment pour revenir plus en force après. On veut prouver à la population qu'on peut faire une grève sans débordement. Nous sommes tous ici en train d'applaudir la gendarmerie".

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a déclaré mardi qu'il y avait "dérive totale" des manifestations, pointant une "radicalisation" et "un très, très grand nombre de blessés" estimé à 530 dont 17 gravement atteints.

Jean-Baptiste Bourgeon (avec P.B.)