RMC

A Rouen, une des églises de la ville pourrait se transformer en brasserie

-

- - -

Faute de moyens suffisants, la ville de Rouen cède 4 églises dont elle ne peut plus s'occuper. Des édifices inaccessibles au public depuis plusieurs années. Un appel à projets a été lancé. Les résultats doivent tomber ce mercredi.

Que faire des églises à l'abandon? La ville de Rouen a décidé d'en vendre 4. Pas de prix de vente pour ces églises, mais un appel à projets. 12 projets ont été déposés et un jury doit désigner les gagnants ce mercredi.

Derrière la façade très altérée de l'église Saint-Nicaise, Pierre-Marie Soulat et ses huit associés veulent installer leur deuxième brasserie. Séduits par le clocher en béton, passionnés d'histoire, ils sont prêts à dépenser des millions pour restaurer l'édifice et en faire un lieu ouvert au public: "L'autel est préservé et devant l'autel, vous avez le comptoir assez discret, et les cuves cachées derrière les piliers. La partie en pierre n'a pas été restaurée depuis sa création, les travaux que l'on va faire vont redonner 200 ans d'espérance de vie au lieu. On est vraiment dans une logique de legs".

"Notre crainte, c'est la prédation immobilière"

Ce n'est pas le cas de tous les projets selon Bertrand Rouziès de l'association "La boise de Saint-Nicaise", des Rouennais inquiets pour l'avenir du patrimoine: "Notre crainte, c'est la prédation immobilière. Rouen, c'est quand même la ville au cent clochers chantée par Victor Hugo. Vous imaginez que si la mairie Rouen commence à vendre 4 églises, elle sera tentée d'en vendre d'autres à l'avenir. Et d'autres municipalités pourraient embrayer et créer un effet boule de neige".

La Mairie dépense déjà 1 million d'euros par an pour entretenir les monuments les plus visités, mais ce n'est pas assez pour s'occuper des autres, comme ces 4 églises fermés depuis plusieurs années, rappelle l'adjointe à l'urbanisme Christine Rambaud: "Bien évidemment qu'il faut faire des choix. Si nous ne trouvons pas un porteur de projet qui redonne vie à ces églises, elles risquent de rester fermées encore plusieurs années. Faire appel à des privés, ce n'est pas un gros mot".

Elle garantit que les églises ne seront pas vendues au plus offrants mais cédées ceux qui promettent les meilleurs travaux de restauration.

Nicolas Traino (avec P.B.)