RMC

"C’est du foutage de gueule": la colère d'un maire après un incident de chasse à courre

Le maire de Pont-Sainte-Maxence, dans l'Oise, a porté plainte ce mardi contre un équipage de chasse à courre. Les chasseurs n'auraient pas respecté le périmètre de 300 mètres autour des habitations de la commune lors de la poursuite d'un cerf mardi dernier.

Dans l'Oise, un maire a porté plainte ce mardi contre un équipage de chasse à courre. Les chasseurs n'auraient pas respecté le périmètre de 300 mètres autour des habitations de la commune de Pont-Sainte-Maxence, lors de la poursuite d'un cerf mardi dernier.

Le maire Arnaud Dumontier dénonce une chasse à courre à proximité des habitations. “Le cerf, lorsqu’il arrive dans l’Oise, à proximité des berges de Pont-Sainte-Maxence, il n’est pas téléporté. Ils étaient à moins de 400 mètres, ce qui est formellement interdit par l’arrêté que j’ai pris et qui a été rendu définitif par le Conseil d’Etat”, pointe-t-il.

Le maître d'équipage des chasseurs dément avoir mis le pied dans la commune de Pont-Sainte-Maxence et affirme n'avoir enfreint aucune loi.

Sur une vidéo filmée par un collectif anti-chasse à courre, un cerf traverse la forêt, pourchassé par une meute de chiens et finit sa course dans l'Oise, avant d'être abattu.

Une vidéo visionnée par le maire de la commune.

“La chasse est utile dans notre pays, mais cette méthode de chasse appartient à un temps complètement dépassé. J’ai ressenti beaucoup de colère parce que la loi n’est pas respectée alors qu’elle doit l’être sur tout le territoire de la République”, indique-t-il ce mercredi sur RMC.

Une troisième incident depuis le début de la saison

Selon Stanislas Broniszewski, leader du collectif "Abolissons la vénerie”, les intrusions de cet équipage sont récurrentes. “Ils viennent chasser les animaux qui se réfugient dans les lotissements dans les rues. C’est même arrivé en plein centre-ville de Pont-Sainte-Maxence, devant la salle municipale, devant la mairie, où un cerf s’était réfugié là et qui était poursuivi par les chiens de la chasse à courre. Donc, à force, les maires prennent des arrêtés ça, mais on voit aujourd’hui que ces équipages ne les respectent pas”, appuie-t-il.

Cette plainte est la deuxième déposée par le maire contre ce groupe de chasseurs. Il les avait pourtant rencontrés en septembre avant l’ouverture de la saison pour mettre les choses au clair avec eux.

“Le 28 septembre dernier, je les ai rencontrés pour préparer la saison. Ils me disent que pour eux, il n’y a pas de faute qui a été commise. Donc c’est la justice qui statuera dorénavant. C’est du foutage de gueule. Je suis très en colère, au-delà de l’émotion que cela a suscitée chez la population", appuie le maire.

Il s'agit du 3e incident documenté par le collectif depuis l'ouverture de la saison de chasse à courre le 15 septembre.

Kévin Gasser avec Guillaume Descours