RMC

Comment peut-on penser que frapper son enfant, c'est de l'éducation?

Le Parlement a définitivement adopté un amendement interdisant "tout recours aux violences corporelles" envers les enfants. Tout un symbole pour le docteur Gilles Lazimi, coordinateur des campagnes contre les violences éducatives.

Plus de fessée en 2017? Le Parlement a adopté un amendement dans le cadre de la loi Egalité et citoyenneté qui interdit "tout recours aux violences corporelles". "C'est un symbole très très fort, c'est un magnifique cadeau de Noël aux enfants. La France va devenir le pays des droits de l'enfant. On peut éduquer sans frapper, c'est important", s'est réjouit le docteur Gilles Lazimi sur RMC.

"Il est interdit de frapper un adulte, un animal, un enfant aussi et ça c'est une question éthique. Comment peut-on penser que frapper son enfant, c'est de l'éducation? Si je veux que mon enfant se développe bien, il faut faire en sorte de prendre en compte tous ses besoins et son développement. Un enfant de 1 ou 2 ans ne peut pas comprendre. 50% des Français frappent leur enfant avant l'âge de 2 ans. Ils ne peuvent pas comprendre. Un enfant c'est dur à élever. C'est un sacerdoce d'être parent. Ça ne s'apprend pas. Il faut aider les parents, pas les pénaliser, il faut les accompagner", a-t-il aussi expliqué.

P.B.