RMC
INFO RMC

Coupe du monde: la Seine-Saint-Denis lance une campagne de prévention contre les paris sportifs

INFO RMC. La Coupe du monde au Qatar commencera ce dimanche. En Seine-Saint-Denis, une campagne de prévention a été lancée pour mettre en garde les parieurs sur cette pratique, notamment les jeunes.

À moins d'une semaine du coup d'envoi de la Coupe du monde, le département de la Seine-Saint-Denis lance ce lundi une campagne de prévention contre les paris sportifs. Des affiches qui détournent les pubs des opérateurs de paris sont placardées sur les abribus, dans les centres commerciaux, et diffusées sur les réseaux sociaux.

Selon les prévisions de l’Autorité nationale des jeux, la prochaine Coupe du monde au Qatar sera l'événement sportif où les mises sur internet seront les plus importantes, au minimum 530 millions d'euros en France. C’est 70% de plus par rapport au précédent Mondial en Russie. Des parieurs qui sont de plus en plus jeunes. Plus d’un tiers des 15-17 ans jouent selon l'ANJ, alors même que ces paris sont interdits aux mineurs.

Sur le terrain de foot de ce quartier à Rosny-sous-Bois, une question met d'accord les adversaires, alors que tous sont mineurs.

“Je vais parier sur le Brésil. Moi, j’ai envie de gagner de l’argent. J’ai 14 ans”, “Je ne regarde même pas les matchs c’est juste pour l’argent. Je regarde le résultat, si j’ai gagné, j’ai perdu, c’est tout”, indiquent ces jeunes.

Un quart des jeunes parieurs moins de 18 ans ont déjà vendu un objet ou emprunté de l'argent pour continuer de jouer.

>> Suivez RMC sur Google pour retrouver les dernières actualités 

Les jeunes, cibles privilégiées des opérateurs

Mais les plus grands aussi ont du mal à décrocher. “Je pense que c’est la France qui va gagner”, “Moi, je crois que c’est l’Argentine. Je ne vais pas parier parce que j’ai perdu énormément d’argent sauf si je les vois arriver jusqu’en finale”, “Je pense que j’ai perdu plus de 300 balles à cause des paris sportifs. Quand on est jeune, on essaye de se faire de l’argent le plus facilement possible”, assurent-ils.

Décrypter avec les jeunes les publicités des opérateurs de paris, c’est l'une des priorités pour Évelyne Dorvellius, responsable de la cellule d'écoute "tête-à-tête".

“Dire qu’on peut gagner de l’argent facilement à des jeunes, peut-être un message qui fonctionne. Il faut qu’ils aient aussi les moyens d’éveiller leur esprit critique”, appuie-t-elle.

"Il y a des mesures à prendre"

La Seine-Saint-Denis est le département où il y a le plus de jeunes de moins de 25 ans. La cible principale des opérateurs de paris.

"Ce Mondial, c’est celui de tous les excès, sur les paris en ligne aussi, explique Stéphane Troussel, le président (PS) du département de Seine-Saint-Denis, dans 'Apolline Matin' sur RMC et RMC Story. Alors que la publicité ne devrait pas cibler les jeunes, parce que je rappelle que les paris en ligne sont interdits aux mineurs, on voit bien que les messages de communication visent particulièrement les jeunes. Et les jeunes des quartiers populaires, qui vont espérer pouvoir améliorer leur situation personnelle ou celle de leur famille. (...) Il y a des troubles psychologiques, de l’isolement social. Il y a un jeune joueur sur quatre qui a déjà vendu ou emprunté pour continuer de jouer. Il faut lancer l’alerte et encadrer la publicité."

"La France, quand on la compare aux autres pays européens, est un pays très laxiste dans sa législation sur les paris en ligne, ajoute-t-il. Il y a des mesures à prendre, pour limiter ou réduire drastiquement la publicité à certaines heures, comme l’ont fait Italie et l’Espagne. En Espagne, la publicité n’est autorisée qu’entre 1h et 5h du matin à la télé et à la radio. La publicité est interdite sur les réseaux sociaux ou sur internet en Italie. Il faut empêcher qu’il y ait des influenceurs, des ambassadeurs, des personnalités du monde sportif, qui participent à ces publicités. Je salue la décision de Kylian Mbappé de refuser de participer à ce type de campagne. Il faut par exemple aussi interdire les offres de bienvenue."

Maryline Ottmann avec Guillaume Descours