RMC

De plus en plus de pauvres en France: 9,3 millions de Français vivent avec moins de 1.063 euros mensuels

RMC
9,3 millions de Français sont considérées comme "pauvres" au sens statistique du terme selon les derniers chiffres de l'Insee publiés ce mercredi.

La France comptait en 2018 quelque 9,3 millions de personnes considérées comme pauvres, soit 14,8% de la population, en hausse de 0,7 point par rapport à 2017, selon des chiffres définitifs publiés mercredi par l'Insee.

Ces personnes pauvres, au sens statistique du terme, vivaient avec moins de 1.063 euros par mois pour une personne seule, seuil qui correspond à 60% du niveau de vie médian de la population. Le niveau de vie médian s'élevait en 2018 à 21.250 euros annuels, 0,3% de plus qu'en 2017 en euros constants, soit 1.771 euros par mois. Dans une première estimation publiée en octobre, l'Insee avait établi le taux de pauvreté à 14,7% de la population (+0,6 point).

Cette hausse, qui intervient après quatre années de relative stabilité, s'explique majoritairement par la baisse des allocations logement, est-il expliqué. Mais l'institut ne tient pas compte de la baisse équivalente des loyers. En l'incluant, la hausse du taux de pauvreté serait alors réduite de 0,4 point, calcule-t-il.

L'écart entre les plus aisés et plus pauvres augmente

En 2018, les inégalités de niveau de vie ont également augmenté entre les ménages les plus aisés et les plus pauvres. Les plus aisés ont notamment bénéficié de la progression des revenus du patrimoine, liée à la forte hausse des dividendes, tandis que les moins aisés ont été affectés, outre la baisse des allocations logement, par la réforme de certaines prestations familiales.

De manière logique, le risque d'être pauvre dépend beaucoup du statut d'activité: en 2018, 37,8% des chômeurs étaient statistiquement pauvres, contre 8,4% des personnes en emploi, des proportions similaires à 2017.

Retraités, familles monoparentales...

Concernant les retraités, la proportion de personnes considérées comme pauvres est passée de 7,6% à 8,7%. Les plus de 65 ans, surtout ceux vivant seuls, ont été pénalisés par la non-revalorisation des pensions et la hausse de la CSG pour une partie d'entre eux, souligne l'Insee.

Le taux de pauvreté des enfants est également en augmentation en 2018, passant de 20,1% à 21%, soit plus d'un enfant sur cinq vivant en situation de précarité.

Cette hausse est surtout portée par la baisse du niveau de vie des familles monoparentales, fortement touchées par la réforme des allocations logement, une aide perçue par une famille sur deux.

J.A. avec AFP