RMC

"C'est compliqué de ne pas avoir de chez soi": les étudiants à la recherche de logement à quelques semaines de la rentrée

Si les loyers n'augmentent pas, les places sont chers en résidence étudiante où l'offre est limitée et la demande très forte.

Le coût de la vie étudiante augmente encore selon une nouvelle étude de l'Unef. Et les loyers, la dépense la plus importante sont toujours aussi chers alors que la demande ne cesser d'augmenter.

De son confinement, Hamza, étudiant en informatique à la Sorbonne, en garde un souvenir amer: "Il y avait des tensions avec mes frères mais aussi mes parents, ça a été la galère avec les études, notamment à cause de la connexion internet. Je suis étudiant en informatique mais je devais partager mon matériel".

Dans ces conditions, l'étudiant de 21 ans a fini par redoubler sa première année. Il craint donc par-dessus tout un reconfinement. Et si Hamza recherche activement un appartement, à un mois de la rentrée il n'a toujours aucune réponse du Crous pour un logement étudiant: "C'est compliqué de ne pas avoir de chez soi et d'espace pour préserver mes chances de réussir mes études dans l'enseignement que je souhaite actuellement".

Une augmentation des loyers de 5% à Lyon

Beaucoup de demandes mais peu d'offres c'est le constat que se fait Majdi Chaarana, vice-président du syndicat étudiant Unef: "Il n'y a pas assez de logements pour accueillir les étudiants et il y a un afflux qui va encore augmenter la demande".

Hamza, a fini par chercher du côté des logements privés, mais son budget serré lui empêche pour le moment de trouver son bonheur. Si les loyers n'augmenteront pas pour les résidents du Crous, mais ceux du parc privé si. Au niveau national, cette augmentation devrait être de 2,56%. Mais dans certaines villes, elle pourrait être deux fois plus importante comme à Lyon où les loyers augmenteraient de 5%.

Maxime Levy (avec Guillaume Dussourt)