RMC

Des enfants saccagent une école à Bron: le maire veut faire payer les parents

Huit enfants de 9 à 13 ans ont été surpris en plein saccage d'une école à Bron, dans le Rhône. Sur RMC, le maire de la ville déplore le laxisme des parents et plaide pour une sanction adaptée.

Les dégâts sont importants et la facture salée. Huit enfants âgés de 9 à 13 ans ont été pris en flagrant délit, en train de saccager une école à Bron (Rhône). Ce lundi 12 juillet, peu avant 21 heures, le gardien de l'école Pierre Cot a surpris les enfants qui détérioraient une salle de classe.

Fournitures scolaires jetées au sol, cuvette des toilettes détruite à la masse, tables et chaises renversées, les dégâts s'élèveraient à plusieurs milliers d'euros selon la mairie.

Si les enfants et leurs parents ont été entendus par la police, le maire de la ville, limitrophe de Lyon, doit également les recevoir. "Je dois les recevoir en début de semaine prochaine pour mettre un cadre, leur dire que ce qu'il s'est passé est intolérable", explique ce jeudi sur le plateau des "Grandes Gueules" sur RMC, Jérémie Breaud, le maire.

"Quand on est parents, qu'on fait des enfants, c'est pour s'en occuper"

"Que font des enfants de cet âge-là le soir sans surveillance? Quand on est parents, qu'on fait des enfants, c'est pour s'en occuper, pas pour qu'ils soient dehors à 21h", ajoute l'élu, qui plaide pour une réponse adaptée.

"S'ils ne comprennent pas que ce qu'ils ont fait est mal, ça ne sert à rien. On a tous fait des erreurs dans notre jeunesse, mais il faut que cela leur serve de leçon pour que plus tard, ils n'aient pas le sentiment d'impunité. Les plus fautifs pour moi, ce sont les parents", renchérit Jérémie Breaud.

"La ville a déposé plainte et d'une manière ou d'une autre, on va se faire rembourser. Ce n'est pas aux enfants de 9 ans de nous rembourser, mais on va voir comment faire payer les parents. Ce n'est pas parce qu'on vit dans un quartier populaire que les enfants se comportent mal", explique le maire, qui veut une réponse pénale rapide pour que les enfants ne soient pas sanctionnés dans plusieurs années.

G.D.