RMC

Des jeunes en vacances avec des policiers: "Ça nous donne une autre image de la police"

(image d'illustration)

(image d'illustration) - AFP

REPORTAGE - Le Centre de loisirs des jeunes propose de nombreuses activités pour les enfants et adolescents. Sa particularité: ce sont des policiers qui jouent les animateurs. RMC est allé à la rencontre de "Michou", qui encadre des jeunes en Eure-et-Loire.

Une poignée d'adolescents, âgés de 12 à 17 ans, participent au CLJ. Le Centre de loisirs des jeunes, créé il y a trente ans pour rapprocher les jeunes et les policiers, est rattaché à la police nationale et se tient du 20 juillet au 19 août. Mais attention, les encadrants ne sont pas des éducateurs comme les autres: ils sont policiers.

Le temps d'un été, ils troquent l'uniforme de la police pour la panoplie d'animateur. Ils s'occupent d'activités sportives et culturelles: tir à l'arc, roller, ou encore visite de musées. Les parents, eux, doivent débourser une petite somme: 30 euros pour un mois.

"Améliorer l'image du policier"

Malgré ses airs d'animateur de colo, celui que tout le monde surnomme Michou à Dreux, en Eure-et-Loir, est bien fonctionnaire de police. Michel Leroy est détaché tout l'été pour s'occuper des jeunes. Seul signe distinctif: "on porte le maillot police en permanence, on reste flic avant tout", rappelle-t-il pour RMC. Cela fait trente-six ans qu'il encadre des jeunes.

"Je suis plutôt du côté de la prévention, la cigarette, la drogue, on en parle de ça. Et surtout améliorer l'image du policier qui pourrait être, à leurs yeux, négative."

"C'était super donc j'ai continué"

Quelques mètres au-dessus de sa tête, Baccarie essaye l'accrobranche. C'est la troisième année qu'il participe aux animations proposées par le centre.

"Je n'étais pas trop chaud pour y aller, j'avais une mauvaise image de la police. Et puis après à la fin de ma première année, c'était super donc j'ai continué. Ça nous donne une autre image de la police, stricte mais sympa."

Des policiers comme moniteurs, c'est ce qui fait toute la différence et la fierté de Josselin, 12 ans. "Je me suis dit: tant mieux, ça va être bien encadré. Hors du travail, leur vie est normale, comme nous."

Ces vacances avec des policiers ont déjà suscité de nouvelles vocations: certains se voient travailler plus tard dans la police scientifique ou même la Bac.

C.H.A. avec Mélanie Delaunay