RMC

Inscriptions à l'université: "Notre souci c'est de faire réussir les étudiants"

RMC
Obtenir une place en Fac en faisant appel à la justice. C'est ce qui est arrivé à trois étudiants bordelais qui ont vu le tribunal administratif de la ville, ordonner leur inscription immédiate dans la filière de leur choix, en l'occurrence la filière sport, filière Staps.

De nombreux étudiants restent sans affectation à l'université malgré l'obtention de leur bac. La raison ? le manque de place dans les facultés. À Bordeaux, trois d'entre eux ont pu intégrer leur filière après une décision de la justice.

Ils avaient subi la loi du tirage au sort et s'étaient vu refuser l'entrer en Fac de sport. Ils vont enfin pouvoir intégrer leur filière. Une bonne nouvelle pour Kader Bouabdallah, président de la confédération des présidents d'université.

"Injustice radicale"

"On est dans une espèce d'injustice radicale. On ne peut pas accepter un système comme celui du tirage au sort. Notre souci c'est de transmettre des connaissances mais aussi de faire réussir des étudiants et les intégrer dans des parcours où ils vont réussir leurs projets personnels et professionnels. On sait bien qu'avec le système actuel où du fait de la pression démographique on arrive à des systèmes de tirage au sort qui conduisent à des niveaux d'échecs scandaleux en fin de première année" assure-t-il.

En août près de 5.000 bacheliers étaient toujours sans affectation à l'université. Le problème risque de s'aggraver en 2018, en raison du boom démographique de 2000.

Benjamin Smadja (avec G.D.)