RMC

Lorànt Deutsch face à des collégiens de Trappes: "l'Education nationale n'a pas à le faire venir!"

-

- - AFP

Lorànt Deutsch, historien? Certainement pas, rétorquent deux professeurs d'histoire-géographie de Trappes. Ils refusent d'assister à une "conférence" sur l'Histoire de France que l'acteur donnera le 4 novembre aux élèves de 4e de trois collèges de Trappes. Selon eux, l'Education nationale n'a pas à faire venir Lorànt Deutsch.

Nicolas Kaczmarek, professeur d'histoire-géographie de Trappes au collège Gustave Courbet de Trappes, ne se rendra pas à la conférence de Lorànt Deutsch, que l'établissement impose à ses élèves de 4e. Il s'en est expliqué dans une tribune et revient sur son désaccord pour RMC.fr:

"Au début on nous a présenté ça comme un spectacle pour éveiller le goût de l'histoire auprès des élèves. Nous avons dit que nous n'étions pas intéressés. Lorànt Deutsch a sûrement beaucoup de talent en tant que comédien mais ce n'est pas à l'Education nationale de le faire venir. Il y a deux missions différentes: la mission de l'Education nationale et celle de vulgarisation de Lorànt Deutsch.

J'ai lu des interviews de Lorànt Deutsch dans lesquelles il dit des choses qui m'ont toujours parues assez approximatives, je n'ai rien contre son personnage. Le problème, c'est pourquoi le fait-on venir à Trappes? Pourquoi lui et pas un autre historien? Il est assez marqué sur le fait qu'il faille aimer la France à travers ses grands personnages, ses rois… Nous, c'est aux antipodes de ce que l'on fait avec les élèves. Nous ne sommes pas là pour glorifier les rois ou pour faire aimer la France à nos élèves. Lorànt Deutsch défend la politique qu'il veut à travers l'Histoire mais ce n'est pas à nous d'être mélangés à ça.

"Il tord un peu les faits pour les rendre spectaculaires"

On nous a aussi dit que c'est très important pour l'intégration républicaine de nos élèves. On n'est plus seulement dans le fait de faire aimer l'Histoire. Je ne vois pas pourquoi il y aurait une problématique d'intégration républicaine. Nous n'avons pas besoin de Lorànt Deutsch: nos élèves sont français, ils sont intégrés et ils sont chez eux ici.

On sait très bien que Lorànt Deutsch n'est pas d'une très grande rigueur, mais c'est un comédien, il est dans son rôle. Mais ce n'est pas à l'Education nationale de lui donner une tribune auprès d'élèves. Il ne faut pas créer de brouillage dans l'esprit des élèves entre la façon dont nous, enseignants, abordons l'histoire et le savoir et la complexité du passé, et lui, qui vulgarise, qui parfois tord un peu les faits pour rendre l'Histoire spectaculaire.

"On n'envoie pas Lorànt Deutsch à Versailles!"

L'an dernier il y avait déjà eu Dimitri Casali qui est un peu le même genre, au Val-Fourré, on se dit que c'est un peu bizarre. On n'envoie pas Lorànt Deutsch à Versailles! Ils vont dans les banlieues populaires, avec des enfants d'origine immigrée, comme par hasard on leur envoie des dits-historiens un peu marqués. C'est étonnant, on a l'impression qu'il y a une sorte de cohérence globale à ces projets-là et nous, on se dit que nous n'avons rien à faire avec ça.

Les élèves vont rater une matinée de cours pour aller là-bas. Et notre hiérarchie nous a dit que nous ne pouvions pas refuser. S'il vient à Trappes dans le cadre d'un spectacle, nos élèves peuvent très bien prendre une place avec leurs parents et y aller le soir, il n'y aucun problème. Mais qu'on nous force nous et nos élèves à y aller, je ne comprends pas".