RMC

Nos enfants ne sont pas protégés: l'inquiétude des parents d'élèves de CE2 face à un maître trop strict

Depuis la rentrée scolaire de septembre, la moitié des parents d'élèves de cette classe de CE2 à Corsept, en Loire-Atlantique, sont inquiets pour leurs enfants. En cause, l'instituteur, qui exercerait sur eux une maltraitance psychologique.

Ils ne voulaient pas revenir à l'école. Depuis la rentrée scolaire de septembre, la moitié des parents d'élèves d'une classe de CE2 de l'école Camille-Corot, à Corsept, en Loire-Atlantique sont inquiets pour leurs enfants. En cause: l'instituteur, qui exercerait sur eux une maltraitance psychologique.

Ainsi, depuis qu'ils ont classe avec ce professeur, les deux enfants d'Emilie sont victime de phobie scolaire, comme plusieurs autres petites: ils ont peur de ce maitre trop "strict": cris, humiliations, punitions trop sévères. Fin septembre, les parents ont même déscolarisé 18 de ces 24 élèves de CE2 pendant 3 jours, en signe de protestation. 

"S'ils ne savaient pas répondre à une question, ils devaient ramasser leurs affaires et se retrouver au fond de la classe, face à un mur, à un bureau vide. Ils avaient interdiction de travailler, d'aller aux toilettes ou de boire" dénonce la maman sur RMC.

Courriers à l'académie, plaintes...

Une enquête administrative est en cours, l'instituteur, lui, a été suivi par une inspectrice et des conseillers pédagogiques. Courriers auprès de l'inspection académique, plainte commune déposée en gendarmerie: une quinzaine de parents tentent d'alerter l'institution par tous les moyens. Toutes les plaintes déposées contre cet instituteur ont été classées sans suite.

"Il est toujours en poste. On a le sentiment de ne pas être entendus, de n'avoir aucun soutien et que nos enfants ne sont pas protégés" poursuit Emilie. 

Les parents des élèves de cette classe ne comprennent pas pourquoi cet instituteur est toujours en activité.

"Il a attrapé un élève par le col et l'a littéralement jeté dans le bureau"

Une directrice d'école aujourd'hui retraitée l'avait déjà signalé en 2017: l'unique journée que l'instituteur - qui n'a été titularisé que cette année et qui a effectué un certain nombre de remplacements dans les écoles du département - a passé dans son établissements'est très mal déroulé.

"En fin d'après-midi, il s'est comporté très brutalement avec un élève qu'il a attrapé par le col de son vêtement, et qu'il m'a littéralement jeté dans le bureau. Ce qu'on peut lui reprocher, c'est qu'il y a des précédents, qu'il y a eu des remontées. Mais nous n'avons toujours pas la réponse que tout le monde attend. Il y a des ratés quelque part" souffle l'ancienne directrice.

Depuis la rentrée scolaire, trois élèves ont quitté la classe de CE2 de l'école de Corsept. Les parents d'élèves ont lancé une pétition en ligne pour dénoncer les méthodes de l'enseignant, qui compte, aujourd'hui, plus de 2000 signatures.

Anaïs Denet et Xavier Allain