RMC

Ponts de mai: des amendes pour les parents qui font sécher les cours à leurs enfants?

De nombreuses familles vont faire "sécher" les cours à leurs enfants pour partir en mai. Faut-il faire comme en Suisse et instaurer des amendes pour dissuader les parents de faire cela ?

Les jours fériés du mois de mai approchent, et de nombreux parents sont en train d'organiser leur emploi du temps au mieux pour profiter de ces jours de repos du printemps. Mais les familles avec enfants sont face à un dilemme: partir avec eux et leur faire rater l'école, ou non ? 

De nombreux foyers ne vont pas se priver de leurs enfants pour ces congés, alors que dans certains cantons de Suisse, ceux-ci seraient sanctionnés financièrement pour faire "sauter" les cours. Une amende qui peut monter à Fribourg jusqu'à 5 000 francs suisses, soit près de 4 170 euros, même si elle ne dépasse habituellement pas les 500 francs (417 euros).

"Si chacun fait comme il veut ça va être n’importe quoi"

Invité de Bureau de vote sur RMC ce jeudi matin, Rodrigo Arenas, président de l'association de parents d'élèves FCPE en Seine-Saint-Denis, a concédé que rater l'école était quelque chose de tentant.

"On essaye de se l’interdire après c’est un peu compliqué. C’est pas anodin de rater des jours."

Une auditrice enseignante intervenant à l'antenne a ensuite fait remarquer à juste titre qu'il serait scandaleux qu'à l'inverse, elle décide d'elle-même de faire le pont: "Que diraient les parents ? (...) C’est une question de principe. Si chacun fait comme il veut ça va être n’importe quoi."

"L’école, ce n’est pas à la carte"

Une vision que semble bien partager le président de la FCPE 93.

"C’est une évolution de notre société. Je ne veux pas qu’on laisse entendre que oui, c’est bien de sécher les cours. Il y a des règles dans notre pays. L’école ce n’est pas à la carte. Les enfants et les parents ne sont pas des usagers du service public, ils ne sont pas des clients. Il faut rétablir cela car on n’est pas dans la consommation d’école, on est dans un acte éducatif. C'est important de le rappeler. Tous les ans on se mobilise pour que les enseignants absents soient remplacés, comment dire après: 'C'est pas grave si mon gamin ne va pas à l'école. Il faut respecter les enseignants aussi."

Que faire pour remédier à cela ? Instaurer des amendes comme en Suisse ? 

"C'est la solution que l'on va trouver à terme. On y est déjà. Quand vous avez l'absentéisme trop prolongé des enfants, on est déjà en train de parler de supprimer des allocations familiales. C'est une façon de taper au portefeuille. Par contre, on sait que ça ne marche pas. Sauf si les sommes étaient exorbitantes. Le rythme de travail fait qu'on a de moins en moins de temps familial dans notre pays, c'est ça aussi la difficulté."
J.A. avec Bourdin direct