RMC

Pour Jean-Michel Blanquer, ne dites pas "réforme" mais "remusculation" du bac

CLIN D'OEIL - Lors d'une présentation de la nouvelle formule du baccalauréat, le ministre de l'Éducation nationale a montré qu'il maîtrisait l'épreuve orale. Charles Magnien a noté la prestation.

On ne parle plus de réforme dans le "nouveau monde". Mercredi, Jean Michel Blanquer, ministre de l'Education, a employé des formules pour présenter la réforme du baccalauréat prévu pour 2021.

Morceaux choisis: "Le but est le renforcement du baccalauréat" ; "Des élèves qui renforcent leurs compétences" ; "Ça doit être un examen remusclé" ; "Il faut muscler cette culture scientifique" ; "Il faut remuscler le baccalauréat" ; "Ça sera l'occasion du remusculation du baccalauréat." Le mot "réforme" semblait banni de son discours. 

Exercice de calcul mental pour les journalistes

Dans la foulée, Jean Michel Blanquer a fait passer une épreuve du mathématiques aux journalistes en enchaînant une cascade de chiffres. De quoi donner un mal de crâne à certains: "Quatre épreuves terminales qui compteront pour 60% dans le résultat" ; "En première, c'est philosophie avec 4h en classe de terminale" ; "Au trois quart sur les épreuves ponctuelles" ; "Quand vous faites toutes les combinaisons, ça fait 30 doublettes possibles" ; "3h et une demi heure, ça fait 3h30" ; "Pour 30%, c'est à dire, pour les trois quart de la note et le reste le quart de la note, 10%" ; "10% sur 40%"... Et le ministre de terminer par un "Je pense que je suis clair".

Clair, on ne sait pas si c'est le bon mot, mais c'est une véritable équation pour comprendre ce nouveau baccalauréat.

B.M avec Bourdin Direct