RMC

Rentrée des classes: l'Etat doit-il acheter les fournitures scolaires?

Sur RMC, le PC demande l'instauration d'un "pack de scolarité" avec les fournitures scolaires, les transports et les repas gratuits.

La course aux fournitures scolaires a commencé. Tous les ans, elle est attendue de pied ferme par de nombreux parents: l'allocation de rentrée scolaire.

Versée à partir d'aujourd'hui, c'est un coup de pouce sur le budget des parents aux revenus modestes pour les aider à supporter les dépenses de la rentrée. Cette année, le montant de cette allocation de rentrée, selon les conditions de revenus, les familles pourront toucher 367 euros pour un enfant de 6 à 10 ans, 388 euros pour un collégien et 401 euros entre 15 et 18 ans.

Et si l'Etat achetaient directement les fournitures scolaires? C'est ce que propose le Parti communiste sur RMC à travers l'instauration d'un "pack de scolarité". 

"Les conditions de ressources excluent certaines famille de l'ARS" a ainsi regretté Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF. "Nous demandons la gratuité pour tous des fournitures, des transports, de la cantine. Il faut revenir au principe de l’école gratuite et dans le sens total du terme. Si l'école est bien une priorité, il faut retrouver la gratuité et donc l'égalité" a-t-il précisé. 

"Il n'y a rien de plus inégalitaire que les fournitures scolaires"

L'idée est de donner les mêmes chances de réussite à chaque élève et de lutter contre les discriminations. Un combat défendu également par Rodrigo Arénasse, président en Seine-Saint-Denis de la FCPE, première fédération des parents d'élèves: "Que ce soit pris en charge par l'Etat ou par les collectivités territoriales, ce n'est pas notre affaire. Il faut arrêter de faire des différences entre les enfants. On nous a bassiné toute l'année avec le fait de porter des uniformes et pourtant il n'y a rien de plus inégalitaire que les fournitures scolaires".

Pourtant, selon Corinne Tapiero, présidente de l'Observatoire des Parents et de l'Ecole et conseillère Les Républicains dans le 12ème arrondissement de Paris, c'est bien aux familles de mettre la main à la poche, afin de responsabiliser les enfants: "Il faut que les parents comprennent qu'il faut assumer ses enfants. L'ARS est conséquente. Il faut que chacun se rende compte qu'envoyer ses enfants à l'école, chacun doit en assumer sa part et c'est une contribution des parents à l'effort que consent la Nation pour les enfants".

En moyenne, pour la rentrée, les fournitures scolaires coûteront 192 euros pour un enfant qui rentre en sixième et jusqu'à 422 euros pour un élève de seconde. 

Matthieu Belliard et Alice Froussard & X.A