RMC

Électricité et gaz: "Le maître des horloges, ce n'est pas le gouvernement, c’est Vladimir Poutine"

La France va-t-elle subir des coupures de courant ou de chauffage cet hiver? Il est difficile de le prédire. Thierry Bros, professeur à Science Po et spécialiste des questions énergétiques, était invité dans "Apolline Matin" sur RMC et RMC Story, ce vendredi, pour décrypter la situation.

La France a rempli à environ 90% ses stocks de gaz pour l'hiver. Pourtant, l'inquiétude concernant d'éventuelles coupures en hiver est toujours là.

Est-ce justifié? Oui, d'après Thierry Bros, professeur à Science Po, spécialiste des questions énergétiques et invité dans "Apolline Matin" sur RMC et RMC Story, ce vendredi. "On est dans une situation très particulière", selon lui.

"On n’a pas fait les investissements nécessaires que ça soit en électricité sur le nucléaire ou en gaz parce qu’on était trop dépendant du gaz russe, souligne-t-il. Aujourd’hui on est face à une demande, où si on enlève le gaz russe et le nucléaire français qui ne fonctionne pas, 11% de notre énergie primaire en Europe est à risque et ça on ne l’a jamais vécu".

"Pas sûr qu'on soit capable de le faire"

Il va falloir faire attention et il n'y aura pas le choix. "On va devoir faire énormément d'efforts", affirme-t-il. Le problème vient du fait que "nous ne savons pas faire". "L’Europe nous demande 15% de baisse dans la consommation gazière, on ne l’a jamais fait et je ne suis pas sûr qu’on soit capable de le faire", déplore Thierry Bros.

Qu'est-ce qui pourrait être mis en place? Des augmentations de prix pour ceux qui consomment le plus? Une température à ne pas dépasser?

Selon le spécialiste, "la solution la plus simple et la plus facile à mettre en oeuvre c’est le délestage: on dira aux gens que pendant deux heures aujourd’hui, ils n'auront pas d’électricité dans le quartier ou l'arrondissement".

Éric est auditeur de RMC. Habitant en Moselle, dans l'Est de la France, il a choisi de se chauffer uniquement au bois depuis quelques années. Il estime que ces coupures de courant de quelques heures ne sont pas très opportunes. "Je pense que le chauffage électrique, c’est bien si vous le laissez à température constante. S'il est coupé et que tout le monde le rallume au même moment en France, il va y avoir un pic de consommation", explique-t-il.

Éducation ou obligation?

Selon lui, le gouvernement doit faire preuve de plus de pédagogie avec les Français. "Je pense que ça ne va pas être facile, mais ça va passer par l’éducation, il faut des campagnes d’information, de publicité."

Ce qui est sûr, c'est qu'il va falloir faire davantage attention. "Le maître des horloges, ce n'est pas le gouvernement, c’est Vladimir Poutine", prévient Thierry Bros. C'est lui qui a les cartes en main.

Il conclut: "Vladimir Poutine mène deux guerres. Une guerre militaire en Ukraine et une guerre larvée contre l’Union européenne. Et il va utiliser l’arme gazière, j’en suis certain. Il a déjà baissé de 75% ses approvisionnements vers l’Europe et il peut, à tout moment, décider de ce qu’il veut faire".

Astrid Bergere