RMC

Euthanasie: le gouvernement reste prudent... et le revendique

Alors que le débat sur l'euthanasie est rouvert par des députés de la majorité qui veulent légiférer sur le sujet en 2018, le gouvernement ne prend pas position et c'est volontaire.

De nombreux députés se sont montrés favorables mercredi, dans une tribune signée dans le quotidien Le Monde, à l'écriture d'une nouvelle loi en faveur de l'euthanasie en 2018 afin de "donner aux malades en fin de vie la libre disposition de leur corps".

Le gouvernement ne prend pas position et sait qu'il marche sur des oeufs. "Aucun ministre n'a de position sur le sujet et n'en aura avant plusieurs mois", avoue carrément un conseiller ministériel.

Au gouvernement, la consigne est claire: ne pas prendre position trop vite, par crainte de braquer les opposants. "C'est un sujet sensible qui touche tout le monde", dit-on au cabinet de la ministre de la Santé avant de renvoyer aux débats qui ont lieu dans le cadre des états généraux de la bioéthique.

Macron veut à tout prix éviter des manifestations

Emmanuel Macron lui-même pendant la campagne était resté flou sur la question de la fin de vie. "On juge la loi Léonetti-Claeys assez équilibrée sur le sujet", indique un conseiller élyséen. Que les députés se saisissent du sujet, très bien, mais hors de question pour le chef de l'Etat de sortir du bois plus tôt.

Emmanuel Macron veut à tout prix éviter des manifestations comme il y avait pu en avoir lors des débats sur le mariage pour tous. Alors L'Elysée assume carrément: "Est-ce que la fin de vie est une priorité aujourd'hui? Pas forcément."

Elisa Bertholomey