RMC

"Expliquez-nous": pourquoi le pape s’est-il dit favorable à la possibilité d’union civile pour les couples homosexuels?

-

- - RMC

Tous les matins à 7h50, Berengère Bocquillon propose sur RMC une chronique pédagogique mais personnelle sur une actualité du jour. Aujourd'hui: comment la perception du mariage homosexuel par l'Eglise a-t-elle évolué au fil du temps?

Le pape s’est dit favorable à la possibilité d’union civile pour les couples homosexuels. Voilà ces mots: “Ce que nous devons faire, c’est une loi d’union civile, les homosexuels ont le droit d’être légalement couverts”. C’est la première fois qu’un pape se déclare pour une union civile pour les couples homosexuels. 

Et puis il dit aussi: “Les homosexuels sont les enfants de Dieu, ils ont le droit à une famille. On ne peut pas expulser quelqu’un d’une famille ou lui rendre la vie impossible à cause de cela”. Tout ça, il le dit dans un documentaire qui lui est consacré, qui s’intitule: "Francesco". Ce documentaire a été diffusé mercredi à Rome en avant-première dans le festival du film de Rome. 

Est-ce que c’est une révolution ces déclarations du pape François ? 

Aucun Pape n’a jamais tenu ce genre de propos. Et le Pape François, lui, n’a jamais déclaré aussi clairement qu'il était favorable à des "unions civiles" pour les couples gays, en tout cas depuis qu’il est Pape. 

Parce que, en 2010, alors qu’il était archevêque de Buenos Aires, il soutenait les unions civiles, l’équivalent du pacs français, mais attention, il soutenait les unions civiles comme alternative au mariage homosexuel qui était en train d’être voté en Argentine. 

Le Pape parle aussi de familles: est-ce qu’il approuve les familles homosexuelles avec des enfants ? Alors il y a une ambiguïté, en effet, mais on comprend mieux dans le contexte du documentaire dans lequel il tient ses propos. Il ne faut pas du tout y voir un oui à la PMA ou à l’adoption pour les homosexuels par exemple, a priori, il veut dire deux choses: qu’il ne faut pas exclure les homosexuels de la famille qu’est l’Église. Il veut aussi de nouveau, parce qu’il l’a déjà fait plusieurs fois, appeler les parents d’enfants homosexuels à ne pas rejeter leurs enfants. 

Est-ce que de telles déclarations sont étonnantes dans la bouche du Pape François ? 

Le pape François, il a toujours appelé à une église accueillante pour les personnes LGBT. Il a cette phrase connue: “Qui suis-je pour juger?”, en référence à l’homosexualité. Depuis le début de son pontificat, il a rencontré des catholiques LGBT, il a reçu au Vatican un transgenre et il l’a fait savoir. Tout ça, ce sont des actes inédits pour un Pape. 

Mais en même temps, il a toujours dénoncé ce qu’il appelle "l’idéologie du genre". Et puis il faut le noter, le Pape François se garde bien de parler de mariage; les unions civiles ne dépendent pas de l’église hein, elles dépendant des Etats ; et le pape a réaffirmé encore récemment que pour lui, le mariage, c’est un mot historique qui désigne l’union entre un homme et une femme. 

Est-ce que le Pape est isolé dans sa position pour les unions civiles homosexuelles ? 

Isolé oui, mais il y a quand même des progressistes dans l'Église catholique. Il y a même des prêtres aujourd’hui en France qui bénissent des unions de couples homosexuels, plus ou moins officieusement. Mais le courant conservateur est très puissant dans l’église et ces propos vont forcément créer de fortes tensions. C’est déjà le cas d’ailleurs depuis mercredi.

Mais quelque part, il n’en est plus à ça prêt, puisque les tensions avec la frange conservatrice de l’Église sont déjà fortes, depuis son encyclique sur les divorcés remariés, dans laquelle il écrit que les divorcés remariés peuvent communier dans certaines circonstances. Et ça, ça a déjà beaucoup crispé les conservateurs. 

Dans la congrégation pour la doctrine de la foi, qui est un texte très important dans l’église, il est écrit: “reconnaître légalement les unions homosexuelles, signifierait approuver un comportement déviant”. 

Les paroles du pape François sont donc contraires à cette doctrine, ce qui n’est pas rien. Mais ces propos n’ont qu’une valeur symbolique, il ne les a pas tenus dans un cadre officiel. Ce qu’il faut retenir, c’est qu’il invite les catholiques à se sentir libre d’avoir leur propre opinion sur les unions civiles homosexuelles. 

Bérengère Bocquillon