RMC

Fiscalisation des heures sup' : « Pas de retour en arrière », dit Vallaud-Belkacem sur RMC

Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des Femmes et porte-parole du gouvernement est l'invitée de Jean-Jacques Bourdin sur RMC et BFMTV de 8h35 à 9h ce mercredi matin

Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des Femmes et porte-parole du gouvernement est l'invitée de Jean-Jacques Bourdin sur RMC et BFMTV de 8h35 à 9h ce mercredi matin - -

Najat Vallaud–Belkacem était l’invitée de Jean-Jacques Bourdin sur RMC et BFMTV. La ministre des droits des Femmes a évoqué la Syrie, la fiscalité autour des heures sup' et l’égalité salariale dans les entreprises.

Ce mercredi matin sur RMC et BFMTV de 8h35 à 9h, Jean-Jacques Bourdin recevait Najat Vallaud-Belkacem. La porte-parole du gouvernement a notamment commenté et réagi à l’annonce de François Hollande sur la Syrie. Le chef de l’Etat assure que la France prendra ses responsabilités même en cas de vote négatif du congrès américain. Par ailleurs ministre des droits des Femmes, Najat Vallaud-Belkacem s'est également exprimée sur l'égalité salariale et les retraites.

OPINION >> Parité : sanctionner les mauvais élèves ?

Sur le droit des femmes

8h56 - NVB : « Nous avons, depuis janvier 2013, renforcé notre politique de contrôle d'égalité professionnelle. Il y a 4 entreprises qui ont été sanctionnées financièrement et 400 mises en demeure. 2 700 plans d'égalité nous ont été envoyés. Les entreprises qui ne se soumettent pas à l'égalité professionnelle, n'auront pas le droit de répondre à des appels d'offre pour des marchés publics. Pas de démarche en faveur de l'égalité salariale, pas de marchés publics ».

Sur les retraites et le compte pénibilité

8h52 - NVB : « Ceux qui ne sont pas au minimum vieillesse seront revalorisé au 1er octobre. Un effort sera demandé aux employeurs, aux salariés et dans une moindre mesure aux retraités. Les entreprises financeront les comptes pénibilité. Je suis favorable à l'existence de ce compte. C'est un vrai progrès social ».

OPINION >> Pénibilité : les entreprises doivent-elles payer ?

Sur le transfert des cotisations

8h51 - NVB : « L'arbitrage sur la famille n'est pas encore rendu. Dans la mesure du possible nous allons faire en sorte de ne pas augmenter la CSG. Ce n'est pas une annonce. Nous souhaitons encore réduire le coût du travail pour les entreprises ».

Sur les impôts

8h49 - NVB : « Comment fait-on pour relever les comptes publics ? On trouve des recettes. Prélèvements obligatoires... nous l'avons fait de façon juste contrairement à N. Sarkozy. L'autre recette, c'est faire des économies. L'Etat va avoir 1,5 milliard d'euros d'effort, c'est une première dans l'histoire de la 5e République ».

Sur la défiscalisation des heures supplémentaires

8h47 - NVB : « La défiscalisation des heures sup' ne va pas dans le bon sens avec l'inversion de la courbe du chômage. Réduire les cotisations des employeurs sur les heures sup', c'est les décourager à embaucher. On ne reviendra pas sur la suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires. Il n'y aura pas de retour en arrière ».

Sur un engagement européen en Syrie

8h45 - NVB : « Il va y avoir l'ouverture du G20. Il sera question de la Syrie et les Européens auront un échange à ce moment-là ».

OPINION >> Syrie : Un débat sans vote est-il utile ?

Sur le fait de punir al-Assad

8h43 - NVB « Il faut dissuader car il y a eu violation du droit sur l'utilisation d'armes chimiques. Nous tirons des coups de semonce avec un message clair : "Plus jamais ça". Cette intervention doit enrayer l'escalade de la violence en Syrie pour permettre le retour du dialogue politique ».

Sur les preuves d'utilisation d'armes chimiques

8h38 - NVB : « Cela montre qu'il y a eu usage de gaz sarin utilisé par le régime de Bachar al-Assad. Ce sont les rebelles qui étaient visés. Il n'y a, pour le président, aucun doute que Bachar al-Assad est responsable des attaques chimiques ».

Sur la Syrie

8h35 - NVB : « François Hollande est toujours déterminé à amener une riposte à l'horreur en Syrie. Il est déterminé à établir une coalition internationale. Nous n'irons pas seul. La situation appelle à une intervention. Pas obligatoirement militaire s'il n'y a pas de coalition ».

Tugdual de Dieuleveult avec Jean-Jacques Bourdin