RMC

Homicides, agressions, insultes: les actes antisémites en hausse de 74% en 2018

Selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, les actes antisémites ont augmenté de 74% l'année dernière.

L'antisémitisme visible dans les rues. Le visage de Simone Veil barré d'une croix gammée, un tag "Juden" en lettres jaunes sur une devanture de restaurant et un arbre à la mémoire d'Ilan Halimi scié: des inscriptions antisémites à Paris et une dégradation dans l'Essonne suscitaient lundi l'indignation de l'exécutif et d'élus, qui ont saisi la justice.

Christophe Castaner s'est d'ailleurs rendu ce lundi à Sainte-Geneviève-des-Bois où l'arbre planté en mémoire du jeune Juif tué en 2006, a été vandalisé. A cette occasion, le ministère de l'Intérieur a indiqué que les actes antisémites ont augmenté de 74 % en 2018.

Le ministère a recensé 541 actes antisémites en 2018, soit 10 par semaine –contre 311 en 2017-. Dans le détail, il s'agit en majorité d'insultes, de tracts, de lettres de menaces, mais aussi d'actions antisémites, comme des tags, des agressions physiques, ou des homicides.

Des chiffres critiqués

Ces chiffres, compilés par les services du ministère qui recoupent leurs données avec les autorités religieuses et les associations communautaires, sont critiqués pour leur manque de fiabilité, notamment parce qu'ils ne prennent pas en compte les contenus antisémites sur Internet.

Mais ils révèlent en tout cas cette tendance: une nouvelle montée de l'antisémitisme, qui ne date pas du mouvement des "gilets jaunes", puisque début novembre déjà, une semaine avant l'acte 1, Le premier ministre Edouard Philippe alertait sur une recrudescence des actes antisémites au cours des neuf premiers mois de l'année 2018.

Victor Joanin avec Paulina Benavente