RMC

Je suis salarié et j'habite en colocation: j'aimerais avoir mon intimité mais je n'ai pas le choix

-

- - AFP

La colocation, ce n'est plus seulement un truc d'étudiants. Selon le site Appartager.com, les colocataires sont en désormais en majorité des salariés. Patrick, 54 ans, est en colocation depuis un an. Il a changé de région après son divorce et a dû choisir cette solution.

Patrick, 54 ans, est directeur d'une agence d'intérim dans les Alpes-Maritimes:

"Je suis dans ma colocation actuelle depuis trois mois. Je vis avec le propriétaire et un architecte de 40 ans qui a du mal à se loger aussi parce qu'il s'appelle Oussama. Le propriétaire est retraité et il a du mal à finir ses fins de mois, donc ça arrange tout le monde. On a chacun notre chambre.

Avant, j'étais marié, et puis j'ai quitté ma région pour oublier mon divorce et refaire ma vie. Quand je suis arrivé dans les Alpes-Maritimes, je me suis rendu compte que j'avais du mal à retrouver un emploi mais aussi à trouver un appartement. J'ai retrouvé un travail mais les loyers sont très chers dans la région. Je gagne 1.500 euros par mois. Là, je paie 400 euros par mois de loyer, mais pour un appartement tout seul il faudrait 700 à 800 euros, donc je n'ai pas le choix.

Donc j'ai trouvé cette solution de la colocation qui me permettait aussi de ne pas être seul. L'architecte qui vit avec moi sort aussi d'un divorce. Ça me permet de mettre de l'argent de côté pour rebondir.

"J'aimerais avoir mon intimité"

J'ai eu deux autres colocations avant celle-là. Juste avant j'étais chez une dame retraitée avec une autre femme. Mais son fils de 45 ans a aussi divorcé donc il est revenu chez sa mère et du coup je n'ai plus eu ma place. Et avant j'étais avec un homme d'une quarantaine d'années. On s'entendait bien, on était musiciens tous les deux. Mais il buvait un peu trop, donc j'ai préféré partir.

Parfois, ça me pèse un peu parce que j'aimerais avoir mon intimité. Arrivé à un certain âge, après 20 ans de mariage, ce n'est pas forcément facile. C'est ma première expérience de colocation. Mon fils de 20 ans, lui, trouve ça rigolo. Il est venu cet été passer quelques jours dans ma coloc' et il trouve ça 'cool'. Lui il adore ça, ça lui convient bien. Et puis on s'entend bien donc on mange ensemble, on partage des choses.

Mais c'est vrai que quand je suis arrivé dans la région et que je cherchais des colocations, et que je disais mon âge, beaucoup me disaient qu'ils cherchaient des colocs plus jeunes ou alors des filles. Ce n'est pas forcément facile à mon âge de se positionner sur une colocation.

Il faut aimer la colocation quand même: il faut attendre son tour à la douche etc. Pour l'instant ça me va bien, je me sens bien mais je ne compte pas rester en colocation toute ma vie".

Propos recueillis par Paulina Benavente